Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 04:20

USA Mi-humain, mi-poulet, l'embryon hybride qui fait avancer la science

Des chercheurs américains ont réussi à mélanger des cellules humaines artificielles à des embryons de poulets. But: mieux cerner les premiers stades du développement fœtal.

Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour mieux comprendre l'organisation des cellules au sein de l’embryon humain, des scientifiques de l’université Rockefeller de New York ont eu l'idée de mélanger des cellules humaines artificielles à des embryons de poulets.

Concrètement, l'équipe traquait les potentielles «cellules organisatrices humaines» qui dictent les activités du développement fœtal, relate le site ulyces.co.

A ce jour, on sait que les cellules souches embryonnaires sont pluripotentes. A savoir qu'elles peuvent se différencier en n’importe quel type de cellules spécialisées de l’organisme. Mais, on ignore pourquoi une cellule souche devient un neurone plutôt qu'une cellule musculaire, par exemple.

Le biologiste Ali Brivanlou et ses confrères prétendent dans leur étude – publiée le 23 mai dans la revue scientifique «Nature» – avoir observé pour la première fois les circuits moléculaires déterminant le destin d'une cellule. En cernant ces premiers stades de développement, les scientifiques espèrent que des traitements pour un large éventail de maladies seront trouvés.

Naissance d'une colonne vertébrale

Les sciences ont montré que «les cellules organisatrices» existent dans les embryons d'amphibiens ou encore de poissons. En revanche, pour des raisons éthiques, les recherches sont limitées côté Homme. D'où l'idée de greffer des cellules humaines artificielles (suivies au microscope grâce un marqueur fluorescent) à des hôtes aviaires.

Cette expérience a mené à la naissance d'une colonne vertébrale secondaire et d'un système nerveux. Elle a ainsi démontré l’existence d'un groupe de «cellules organisatrices humaines».

«À mon grand étonnement, la greffe n'a pas seulement survécu, elle a mené à la naissance de structures merveilleusement organisées», s'est félicité le Dr Ali Brivanlou. Et de compléter: «Une fois que vous avez transplanté des cellules organisatrices humaines dans un embryon de poulet, le langage qu'elles utilisent pour signifier aux cellules d'oiseaux d'établir le cerveau et le système nerveux est exactement le même que celui utilisé par les amphibiens et les poissons.»

Avis aux inquiets: l'être mi-poulet, mi-humain n'est pas prêt de venir au monde. Les embryons hybrides ont été détruits.

Créé: 30.05.2018, 20h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.