Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 23:51

Science Non, le moustique ne peut pas propager le coronavirus

Les insectes piqueurs commençant à faire leur retour, il pouvait y avoir de quoi s'inquiéter. Mais cette maladie-là, ils ne la transmettront pas.

Pour que le moustique puisse transmettre le coronavirus, il faut qu'il soit lui-même contaminé, ce qu'il ne peut pas être.

Pour que le moustique puisse transmettre le coronavirus, il faut qu'il soit lui-même contaminé, ce qu'il ne peut pas être.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Cette nuit, pour la première fois de l'année, mon épouse et moi avons vu pas mal de moustiques. Nous sommes terrorisés à l'idée qu'ils pourraient être porteurs du coronavirus. Est-ce possible?» Cette question, angoissée, d'un lecteur est logique. On le sait, le moustique est l'animal le plus dangereux pour l'homme. On estime à plus de 660 000 le nombre de ses victimes annuelles. Il nous transmet en effet des maladies comme le paludisme, la fièvre jaune ou le chikungunya. Pourquoi pas, dès lors, le coronavirus?

Parce que c'est impossible, explique l'EID (l'Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral méditerranéen). Le moustique ne fait pas exprès de transmettre une maladie après avoir ingéré du sang infecté. Il le fait parce qu'il a lui-même été contaminé. Pour qu'il puisse propager un virus à une autre personne en la piquant, il faut en effet que la maladie ait résisté à la digestion dans son estomac, se soit propagée dans ses cellules et ait atteint sa salive. Pourquoi le coronavirus ne résisterait-il pas aux sucs digestifs du moustique?

Un processus extrêmement long

Parce que pour qu'un virus puisse acquérir une telle résistance, cela prend des centaines de milliers d'années. C 'est donc heureusement pour cela que les maladies transmissibles par le moustique sont très rares. Celles qui existent sont suffisamment mortelles comme cela. Donc, le coronavirus qui se transmet par des gouttelettes en aérosol (toux, éternuement), peut être aspiré par un moustique mais il sera digéré et détruit dans l'insecte. Il ne peut infecter, comme chez l'homme, ses cellules respiratoire, puisqu'il n'en a pas. Donc rien à craindre des moustiques, du moins pour ce qui est de l'épidémie actuelle. C'est toujours ça de pris.

Ce que nous confirme également le Professeur François Chappuis, médecin chef de médecine tropicale et humanitaire aux HUG: «Il n’y a aucune évidence pour une transmission vectorielle de ce coronavirus, ce qui est vrai également pour toutes les autres espèces de coronavirus qui infectent l’humain.» Une maladie à transmission vectorielle est une maladie transmise essentiellement par des insectes et acariens hématophages (suceurs de sang). Il ajoute qu'une autre évidence indirecte de la non-transmission par les moustiques est que la flambée de cette épidémie dans l’hémisphère nord a lieu pendant la période hivernale, qui n'est pas la période des moustiques.

Michel Pralong

Créé: 19.03.2020, 12h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.