Mercredi 11 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:45

Technologie L'obsolescence programmée est réelle, selon l'Empa

La mise à jour des logiciels présents dans les produits électroniques raccourcit plutôt que prolonge la vie du matériel.

L'Empa rappelle que le premier cas documenté d'obsolescence programmée date d'il y a un siècle déjà, avec un accord entre fabricants d'ampoules électriques.

L'Empa rappelle que le premier cas documenté d'obsolescence programmée date d'il y a un siècle déjà, avec un accord entre fabricants d'ampoules électriques. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'obsolescence programmée n'est pas qu'un mythe, affirme l'Empa. De nos jours, elle passe par les logiciels dont les mises à jour soumettent le matériel à de nouvelles exigences. La menace sera encore plus grande avec «l'internet des objets».

La mise à jour des logiciels présents dans les produits électroniques raccourcit plutôt que prolonge la vie du matériel. Lorsque «l'internet des objets» sera devenu une réalité, il est possible que le fonctionnement des objets soit tributaire de leur mise à jour, a indiqué jeudi le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa).

Mise à jour

Ce phénomène, l'Empa l'a subi directement avec des caméras pour microscopes. Elles fonctionnaient parfaitement, mais elles ont dû être remplacées après une mise à jour du système d'exploitation Windows. La mise à jour d'un logiciel soumet le matériel à des exigences pour lesquelles il n'a pas été conçu. À l'avenir, «l'internet des objets risque de nous mettre dans la situation où il sera nécessaire de remplacer un réfrigérateur qui refroidit parfaitement, mais dont l'électronique est prise de court par les nouveaux logiciels», prévient l'Empa.

Les chercheurs de Dübendorf (ZH) constatent que la durée de vie des appareils électroniques se réduit, sans pour autant imaginer de «sombres desseins» de la part des fabricants. Le phénomène s'explique le plus souvent par la concurrence, la pression sur les prix et les longues chaînes de livraison.

Pas de marge de sécurité

Les spécifications imposées aux composants «sont poussées aux limites». Pour réduire les coûts lors de la production, un simple condensateur est souvent soumis à sa charge maximale, alors que l'ingénieur aurait préféré lui laisser une marge de sécurité.

Cette pression sur les prix s'exerce aussi sur toutes les chaînes de livraison. Une simple climatisation de voiture implique plus de cent fournisseurs. Il devient alors difficile d'identifier la cause d'une défaillance, ce qui pousse à changer toute la climatisation.

Interactions complexes

Des erreurs de conception et d'interactions complexes peuvent aussi provoquer des problèmes qui exigent le remplacement d'un appareil. L'Empa cite le cas d'un fabricant de voitures dont un certain modèle devait passer au garage après 10'000 kilomètres déjà. À chaque fois, la même commande du moteur lâchait, mais seulement dans les pays sans limitation de vitesse.

Cette unité était installée entre des tuyaux en caoutchouc dépourvus de mise à la masse, c'est-à-dire non raccordés à la carrosserie - système similaire à une prise de terre. Les chercheurs de l'Empa ont mesuré la charge électrique sur cette boîte métallique. Aux vitesses inférieures à 150 km/h, aucune défaillance ne se produisait. Mais à des vitesses supérieures, le puissant flux d'air dans les tuyaux provoquait une charge électrique qui, en l'absence de mise à la masse, exposait l'unité de commande à une très forte tension qui la détruisait.

Crasse et poussière

Les chercheurs ont également pu expliquer pourquoi ce problème se produisait uniquement dans les 10'000 premiers kilomètres. Après ce cap, suffisamment de crasse et de poussière s'étaient accumulées sur les tuyaux en caoutchouc pour leur donner une conductivité assurant leur mise à la masse.

L'Empa rappelle que le premier cas documenté d'obsolescence programmée date d'il y a un siècle déjà. Dans les années 1920, les fabricants d'ampoules électriques se sont entendus pour ramener la durée de vie des ampoules de 2500 à 1000 heures. Les filaments des ampoules ont été raccourcis, ce qui, à tension égale, réduisait leur durée de vie.

L'opération a été un succès. Les ventes d'ampoules électriques ont fortement augmenté jusqu'à la Deuxième guerre mondiale. En raison du conflit, toute coordination de la production entre pays désormais ennemis a été bloquée et entraîné le démantèlement du cartel. (ats/nxp)

Créé: 28.11.2019, 13h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.