Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 17:15

Animaux La perruche préfère les mâles intelligents

Des chercheurs ont réussi à montrer que les femelles perruches préféraient les mâles plus intelligents.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les experts des perruches ont depuis longtemps observé que les femelles appréciaient chez les mâles la splendeur d'un plumage ou la virtuosité d'un chant. Mais pour sélectionner un partenaire, prennent-elles également en compte l'intelligence?

Charles Darwin l'avait théorisé, mais l'hypothèse s'est avérée difficile à vérifier, en tout cas chez les animaux. Une expérience conduite par des chercheurs de l'académie chinoise des sciences et de l'université néerlandaise de Leyde, publiée jeudi dans la revue Science, semble donner une réponse affirmative à cette question fondamentale sur l'évolution.

Les chercheurs ont réalisé un test sur un total de 34 perruches ondulées, une espèce présente en Australie. Prenons l'une des femelles recrutées. Dans un premier temps, elle a été placée en présence de deux mâles. Elle en a naturellement choisi un: les chercheurs ont su lequel en mesurant combien de minutes elle passait avec l'un plutôt que l'autre dans la cage.

L'intelligence, un avantage

Puis le mâle non préféré a bénéficié d'un entraînement privilégié afin d'apprendre à ouvrir deux types de boîtes contenant des graines. Le mâle préféré n'a reçu, lui, aucune formation.

La femelle a ensuite observé les deux mâles face aux boîtes - un exercice cruel pour le mâle préféré qui n'a pu que montrer son inaptitude à la femelle, tandis que son rival brillait par sa technique d'ouverture.

Dernière phase: les deux mâles ont été replacés dans la même cage que la femelle. Les chercheurs avaient l'intuition qu'elle changerait de préférence après avoir observé la piètre prestation du mâle préféré. Et c'est bien ce qui s'est passé: huit des neuf perruches femelles du groupe-test ont changé de mâle et passé plus de temps avec l'ex-mâle non préféré, ce qui n'a pas été observé dans le groupe témoin.

«L'observation directe de compétences cognitives peut affecter les critères de préférence du partenaire», concluent les auteurs de l'étude, qui démontre selon eux «que les capacités cognitives peuvent être sélectionnées directement par le choix du partenaire». En clair: l'intelligence procurerait bien un avantage reproductif, c'est-à-dire un avantage en matière d'évolution. (ats/nxp)

Créé: 11.01.2019, 06h11

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.