Vendredi 18 octobre 2019 | Dernière mise à jour 01:06

Espace Le premier trou noir photographié a été baptisé

Il s'appelle «Powehi», mot hawaïen qui signifie «création sombre insondable ornée», ce qui est presque aussi mystérieux que le phénomène.

Deux téléscopes de Hawaii ont participé au projet Event Horizon pour apercevoir le trou noir. D'où une certaine légitimité à le nommer.

Deux téléscopes de Hawaii ont participé au projet Event Horizon pour apercevoir le trou noir. D'où une certaine légitimité à le nommer. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi, lorsque les astronomes du projet Event Horizon Telescope ont dévoilé la toute première image d'un trou noir, ils ont précisé, en réponse à une question d'un journaliste, qu'on ne lui avait pas encore donné de nom. Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour qu'on remédie à cette lacune.

Le jour-même, l'Université d'Hawaii-Hilo annonçait que Larry Kimura, l'un de ses professeurs de culture et civilisation hawaïenne, l'avait baptisé «Powehi» (avec un trait horizontal au-dessus du «o», qui manque dans nos polices de caractère). Ce terme signifie la «création sombre insondable ornée» ou la «source sombre embellie de création sans fin» et est tiré du Kumulipo. un chant hawaïen du 18e siècle, explique l'Honolulu Star Adviser. Ce chant raconte la création du monde.

Un seul mot qui résume tout

Si un terme hawaïen a pu être choisi pour nommer ce trou noir, c'est notamment parce que deux télescopes de l'archipel font partie du dispositif Event Horizon qui a permis de prendre cette image.

Selon Jessica Dempsey, directrice adjointe du télescope James Clerk Maxwell au Mauna Kea, il correspond tout à fait à l'aspect du trou noir. «Nous avons décrit ce que nous avions vu et que ce trou noir brillait et illuminait l’obscurité autour de lui, et c’est là que le professeur Larry Kimura a trouvé le nom. Je venais de passer 10 minutes à expliquer ce qu’était cet objet en langage scientifique. Et un seul mot, il a décrit tout cela.

«Avoir le privilège de donner un nom hawaïen à la toute première confirmation scientifique d'un trou noir est très important pour moi et pour ma lignée hawaïenne, a commenté le professeur Kimura. J'espère que nous pourrons continuer à nommer les futurs trous noirs selon le Kumulipo». Il y aurait 100 manières de nommer les ténèbres dans la langue hawaïenne. Cela suffit donc pour les 99 prochains trous noirs.

Créé: 12.04.2019, 14h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.