Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 23:51

Épidémie Une première réaction immunitaire au coronavirus détectée

Des scientifiques australiens ont observé chez une patiente faiblement atteinte la manière dont son corps combattait le virus.

Le corps de la patiente s'est mis à fabriquer des anticorps qui se sont liés au coronavirus, comme face à une grippe.

Le corps de la patiente s'est mis à fabriquer des anticorps qui se sont liés au coronavirus, comme face à une grippe. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une nouvelle étape importante a été franchie dans notre compréhension du coronavirus. Après avoir identifié la protéine qui s'attaquait à nos cellules pulmonaires puis comment elle les infectait, des chercheurs australiens viennent de détecter les premières réponses de notre organisme pour combattre la maladie. Ces scientifiques, qui ont publié leurs constatations dans «Nature», précisent toutefois que cela concerne un patient qui n'a montré que des symptômes légers à modérés.

Une Chinoise de Wuhan

Il s'agit d'une femme de 47 ans de Wuhan, en Chine, là où est apparu le coronavirus, qui s'est présentée aux urgences à Melbourne. Elle était arrivée en Australie 11 jours plus tôt et, une semaine après, les premiers symptômes ont commencé à se manifester: léthargie, maux de gorge, toux sèche, douleurs thoraciques et sensation de fièvre notamment. Quatre jours après leur apparition, elle a donc décidé de se rendre à l'hôpital. Selon les premières constations, elle n'a, en Chine, été au contact d'aucun cas connu de personnes ayant le coronavirus. Elle est par ailleurs en bonne santé, non fumeuse et ne prend aucun médicament.

Une semaine d'hôpital

Les premiers examens ont révélé notamment une température de 38,5°C, une fréquence cardiaque de 120 battements par minute et une pression artérielle de 140/80. Un échantillon de SRAS Cov-2 a été détecté chez elle, prouvant qu'elle était bien infectée. Trois jours après, plus aucune trace du coronavirus n'a été trouvée. Aucun antibiotique, stéroïde ou antiviral ne lui a été administré et elle a été renvoyée chez elle à l'isolement une semaine après son entrée à l'hôpital. Deux jours plus tard, tous ses symptômes avaient disparu.

Il s'agit donc bien d'une personne faiblement impactée par la maladie, mais ce qui est intéressant, c'est que les médecins ont vu son corps réagir, de manière assez similaire à ce qu'il fait face à une grippe. Il a créé des cellules immunitaires et des anticorps qui se sont liés au virus, s'attaquant à lui. En comparant cette réponse à celles d'autres malades de la CoVid-19 (qui est le nom de la maladie), on pourra voir pourquoi certains développent des résistances et d'autres pas ou moins. Et même être capables de prédire la rapidité d'un rétablissement.

Espoir pour des traitements

Selon le ministre de la Santé australien Greg Hunt, cité par Reuters, il s'agit là d'un développement majeur dans la recherche sur la maladie qui devrait permettre «d'accélérer la mise au point d'un vaccin en identifiant les candidats les plus susceptibles de réussir et d'accélérer les thérapies et les traitements potentiels pour les patients qui ont déjà le coronavirus.» Pour les thérapies, oui, mais le vaccin, lui, devrait prendre quand même considérablement plus de temps.

Michel Pralong

Créé: 18.03.2020, 14h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.