Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 21:20

Santé Une prothèse dentaire oubliée dans la gorge

Le chemin de croix d'un opéré qui a avalé sa prothèse dentaire pendant une anesthésie est raconté mardi dans une revue médicale.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une mésaventure qui reste en travers de la gorge... littéralement: un homme qui n'avait pas retiré sa prothèse dentaire avant une anesthésie l'a avalée et elle est restée coincée huit jours dans son gosier avant que les médecins s'en rendent compte. Ce cas est raconté mardi dans la revue médicale «BMJ Case Reports», et illustre la nécessité de retirer ses prothèses dentaires avant une opération.

Car au-delà de l'anecdote, les suites de cet oubli ont été lourdes pour le septuagénaire: elles ont nécessité d'autres opérations ultérieures et une transfusion sanguine. Des conséquences dont il était loin de se douter, lui qui pensait avoir simplement égaré sa prothèse.

Cet électricien à la retraite de 72 ans avait initialement été opéré dans un hôpital britannique (aucun détail n'est donné pour des raisons de confidentialité) pour lui retirer une grosseur sans gravité dans la paroi abdominale.

Du sang dans la bouche

Six jours après l'opération, il se présente à nouveau à l'hôpital: il se plaint d'avoir du sang dans la bouche, des difficultés à avaler et a tellement mal qu'il ne peut manger aucun aliment solide. Les médecins mettent cela sur le compte d'une infection respiratoire et des effets secondaires de l'intubation pratiquée lors de l'opération. Ils prescrivent au patient des bains de bouche, des antibiotiques et un médicament à la cortisone.

Mais au bout de deux jours, il revient car les symptômes ont empiré. Il a la voix rauque et des difficultés à respirer, surtout quand il est couché, ce qui l'oblige à dormir assis tout droit dans son canapé. Il ne peut pas non plus avaler les médicaments qu'on lui a prescrits. Les docteurs suspectent une pneumonie d'inhalation, infection sévère qui peut survenir quand du liquide gastrique pénètre dans les poumons.

Opération d'urgence

Mais là, surprise: un examen endoscopique de sa gorge révèle la présence d'un objet semi-circulaire qui a causé des blessures internes. Cet objet est coincé contre l'épiglotte, le bout de cartilage qui empêche le passage des aliments et des liquides dans la trachée puis les poumons.

Quand les médecins lui en parlent, l'homme fait le rapprochement avec sa prothèse dentaire, une plaque métallique sur laquelle sont serties trois dents de devant, qu'il croyait avoir perdue lors de son séjour pour la première opération. Les radios montrent que c'est bien cette prothèse qui est coincée dans sa gorge. L'homme est opéré d'urgence pour retirer l'objet et sort de l'hôpital au bout de six jours.

Mais ses malheurs ne s'arrêtent pas là. Dans les semaines qui suivent, il doit faire plusieurs aller-retour à l'hôpital à cause de saignements persistants. Ils proviennent de blessures internes causées par la prothèse oubliée. Elles sont cautérisées une première fois, avant qu'une autre opération d'urgence ne soit rendue nécessaire par de nouveaux saignements. Une artère a en effet été déchirée à cause des blessures provoquées par la prothèse. Après ces importantes pertes de sang successives, le patient doit subir une transfusion. Il lui faudra encore attendre six semaines pour un retour à la normale. (afp/nxp)

Créé: 13.08.2019, 00h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.