Jeudi 20 septembre 2018 | Dernière mise à jour 09:56

Climat Réchauffement: l'EPFL se penche sur le Groenland

Après l'Antarctique, une expédition suisse fera le tour de l’île danoise pour comprendre la fonte des glaces.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après celle autour de l'Antarctique en hiver 2016/2017, une nouvelle expédition du Swiss Polar Institute (SPI) va faire le tour du Groenland. Le départ de la GreenLAnd Circumnavigation Expedition (GLACE) est prévu en été 2019, avec comme point fort le réchauffement.

Un appel à projets a été lancé auprès de la communauté scientifique, a indiqué mardi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué. Le but est de récolter des données sur la fonte de la calotte glaciaire qui recouvre cette île, les interactions entre celle-ci et les océans aux alentours et, plus généralement sur les effets du changement climatique dans cette partie du monde.

L'expédition se déroulera sur une soixantaine de jours entre la fin juillet et la fin septembre 2019. Soutenue comme la précédente par l'entrepreneur et philanthrope Frederik Paulsen, fondateur du SPI, elle est la deuxième du genre. Entre décembre 2016 et mars 2017, l'Antarctic Circumnavigation Expedition (ACE) avait fait le tour du continent antarctique, emmenant quelque 150 scientifiques.

Avec dix projets scientifiques à bord, GLACE touche des disciplines aussi variées que la climatologie, l'océanographie, la biologie marine, la microbiologie, l'hydrologie, la chimie et bien d'autres encore. L'expédition permettra de récolter des échantillons aussi bien atmosphériques qu'océaniques et terrestres. Le périple comptabilisera près de 13'500 kilomètres.

Même bateau

C'est le même bateau que pour ACE, l'Akademik Treshnikov, navire scientifique russe, qui embarquera les participants de GLACE. Il sera toutefois adapté et doté de nouveaux équipements. Surtout, il sera accompagné sur certaines portions du parcours - dans le nord - d'un second vaisseau russe, le 50 Let Pobedy, qui est le plus grand brise-glace atomique du monde.

«Les glaces du nord du Groenland restent parmi les plus épaisses de tout l'Arctique», explique Danièle Rod, directrice exécutive du SPI, citée dans le communiqué: «Poussées par les vents du Nord, elles s'accumulent et s'empilent contre les côtes. Le Treshnikov seul ne peut pas passer dans ces zones. Le fait de prendre ce chemin difficile, au plus près du littoral, fait d'ailleurs de cette expédition une grande première».

L'annonce de cette expédition s'inscrit dans un contexte d'actualité jugée «inédite et inquiétante» puisque cet été, les glaces les plus anciennes et les plus épaisses de l'Arctique ont commencé à se rompre pour la première fois. L'Institut météorologique danois a signalé début août ce phénomène au large de la côte nord du Groenland.

Le budget total de l'expédition n'est pas communiqué. Celui pour les projets suisses à bord s'élève à un million de francs, a précisé Mme Rod à Keystone-ATS. (ats/nxp)

Créé: 28.08.2018, 16h38


Sondage

Nettoyez-vous l'écran de votre smartphone?




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.