Vendredi 17 août 2018 | Dernière mise à jour 22:33

Sciences Comment s'échapper du gosier d'un crapaud?

Des chercheurs ont découvert que le scarabée bombardier possédait une technique bien à lui pour s'échapper du ventre d'un batracien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Fallait pas me manger ! Les coléoptères bombardiers forcent les crapauds trop gourmands à les vomir en dégageant des produits corrosifs et brûlants dans leur tube digestif.

Crapauds pris de hauts le coeur

«Nous avons montré que le scarabée bombardier (Pheropsophus jessoensis) rejetait des produits chimiques chauds à l'intérieur du crapaud, le forçant ainsi à vomir», explique à l'AFP Shinji Sugiura de l'université de Kobe, coauteur de l'étude.

Pour arriver à ces conclusions, deux chercheurs japonais ont étudié en laboratoire deux espèces de crapauds (les Bufo japonicus et les B. torrenticola) friand de coléoptères bombardiers.

Résultat: 43% des crapauds ont vomi les coléoptères, le tout dans un laps de temps allant de 12 à 107 minutes. De plus, tous les insectes vomis étaient vivants et actifs. Sur une vidéo des chercheurs, on peut voir le crapaud, comme pris de hauts le coeur, recracher l'insecte. Couvert de mucus, le coléoptère s'échappe alors rapidement.

Selon les chercheurs, le jet toxique (composés de benzoquinone, de méthyl, de benzoquinone et de vapeur d'eau) atteint en moyenne les 100 degrés. Il est éjecté à partir de la pointe de l'abdomen de l'animal.

Une question reste ouverte

Après que l'amphibien a avalé sa proie, «une explosion était audible à l'intérieur de chaque crapaud, signe que le spray chimique avait été éjecté», racontent les chercheurs. Une technique de survie qui semble efficace plus le coléoptère est gros et plus le crapaud est petit.

Mais si les chercheurs ont découvert comment les coléoptères bombardiers parvenaient à s'échapper des tubes digestifs, une autre question reste ouverte: comment peuvent-ils survivre aux acides qui y sont produits le temps qu'ils soient vomis ?

«Le taux de survie de P. jessoensis à l'intérieur des crapauds était plus élevé que celui des autres coléoptères, ce qui suggère qu'il a peut-être développé une tolérance élevée pour les sucs digestifs des prédateurs», avance Shinji Sugiura. L'étude est publiée mercredi dans la revue Biology Letters de la Royal Society. (afp/nxp)

Créé: 07.02.2018, 14h51

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.