Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 10:20

Etude Santé: évitez de laisser sortir votre chat

Pour sa santé et la vôtre, mieux vaut garder votre chat à l'intérieur. Dehors, ils ont trois fois plus de chances d'attraper des parasites.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un bon conseil: gardez vos chats à l'intérieur. Ceux qui s'aventurent à l'extérieur ont près de trois fois plus de risques d'être contaminés par divers parasites que ceux qui restent tranquillement à la maison, révèle une étude publiée mercredi.

«C'est la première fois que l'on quantifie le risque lié au fait que le chat domestique sorte de chez lui», déclare à l'AFP Kayleigh Chalkowski de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) principale auteure de l'étude parue dans Biology Letters (Royal Society).

La jeune biologiste et d'autres chercheurs de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) ont réalisé une «méta-analyse» sur ce sujet en combinant les résultats de 21 études sur diverses infections du chat domestique (Felis catus) dans 16 pays du monde.

Effet «outdoor»

Dix-neuf pathogènes (parasites, virus, bactéries...) ont été analysés, dont plusieurs sont susceptibles de se transmettre à l'homme comme Toxoplasma gondii, l'agent de la toxoplasmose, ou Toxocara cati, un ver intestinal.

«Nous avons trouvé que les chats autorisés à sortir sont 2,77 fois plus susceptibles d'être infectés par des parasites que ceux qui restent à l'intérieur», indique Kayleigh Chalkowski. L'équipe a également regardé si cet effet «outdoor» changeait selon la latitude des zones géographiques où vivent les chats étudiés (Canada, Espagne, Allemagne, Suisse, Brésil, Estonie, Roumanie, Chypre...).

Et là, surprise. «Nous pensions que les chats dans les zones tropicales seraient davantage concernés par le facteur de risque que représente l'accès à l'extérieur car il y davantage de vie sauvage et de parasites».

Transmission à l'homme possible

Mais c'est le contraire: les chats qui vivent sous des latitudes plus élevées - plus au nord dans notre hémisphère - ont davantage de risques d'être contaminés par des pathogènes lors de sorties extérieures que ceux qui vivent sous les tropiques, souligne Kayleigh Chalkowski.

Conclusion : «quel que soit l'endroit du monde où l'on vit, garder son chat à l'intérieur est un bon moyen de le tenir éloigné des maladies infectieuses», souligne la chercheuse, ajoutant que nombre de pathogènes transportés par ce félin peuvent se transmettre à l'homme.

Les animaux sauvages eux aussi seraient gagnants car le chat domestique peut leur transmettre des maladies (et vice versa). Il y a environ 500 millions de chats domestiques dans le monde dont 90 millions aux Etats-Unis et 13 millions en France. (afp/nxp)

Créé: 17.04.2019, 01h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.