Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 23:51

Santé Le «tabagisme ultra-passif» est risqué

Des résidus de fumée dans une pièce peuvent provoquer un «tabagisme ultra-passif» qui présente des risques pour la santé.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'odeur de tabac froid qui annonce l'entrée d'un fumeur dans une pièce pourrait présenter des risques, en plus d'être désagréable, selon une nouvelle étude américaine publiée mercredi.

Les résidus présents dans la fumée de tabac peuvent infiltrer les pièces bien ventilées en se déposant sur les vêtements, la peau et les cheveux des individus puis ils s'évaporent lentement dans le temps, un processus appelé «dégagement gazeux», selon les résultats d'une étude scientifique de l'Université de Yale, publiée dans la revue «Science Advances».

Ces résidus de fumée, nommés «fumée tertiaire» (thirdhand smoke), peuvent occasionner du «tabagisme ultra-passif». En plaçant un dispositif de prélèvement high-tech dans les conduits d'évacuation d'air d'un cinéma en Allemagne où il est interdit de fumer depuis 15 ans, les scientifiques ont établi que la «fumée tertiaire» exposait les spectateurs à un «tabagisme ultra passif» équivalent à entre une et 10 cigarettes, selon les substances.

Variété de facteurs

Sur quatre jours, les niveaux de 35 produits chimiques liés au tabac ont augmenté lorsque des spectateurs entraient dans le cinéma. Cela inclut des composés chimiques pouvant provoquer le cancer comme le benzène et le formaldéhyde.

Les effets étaient particulièrement intenses lors de la projection de films pour adultes, comme «Resident Evil». Selon les auteurs de l'étude, cela pourrait être lié au fait que ces films attirent un public plus âgé, ayant plus de chances d'avoir été exposé à de la fumée de tabac.

«Nos travaux établissent qu'il y a un dépôt substantiel de composants de fumée tertiaire par des personnes au sein d'un vrai environnement intérieur non-fumeur», a déclaré Drew Gentner. Il a reconnu que déterminer le niveau précis de risques sanitaires pour les individus était au-delà du champ de l'étude actuelle et pouvait dépendre d'une variété de facteurs, notamment la fréquence de l'exposition aux produits chimiques et la proximité des personnes de la source d'émission de ces polluants.

Le tabagisme passif classique, lié à la fumée dite «secondaire», a été étudié depuis des décennies. Il augmente les risques de problèmes cardiaques et de cancer des poumons, bien que le niveau de risques exact ait été contesté par des études récentes. (afp/nxp)

Créé: 05.03.2020, 01h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.