Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 00:05

Espace De la technologie suisse sur Mercure

Ariane 5 doit décoller ce week-end de Kourou, avec à son bord deux sondes et des instruments conçus par l'Université de Berne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des chercheurs et des entreprises suisses ont participé à l'ambitieuse mission de recherche sur Mercure qui doit être lancée dans la nuit de vendredi à samedi. Les instruments développés doivent contribuer à révéler les secrets de la planète la plus proche du soleil.

Des instruments conçus et fabriqués par l'Institut de physique de l'Université de Berne voyageront à bord des sondes de l'Agence spatiale européenne (ESA) et de l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA).

Il s'agit de l'altimètre laser Bela, l'instrument le plus gros et le plus fragile de la mission, et du tout nouveau spectromètre de masse Strofio, souligne l'Université de Berne.

La mission BepiColombo se compose de deux véhicules spatiaux: l'un construit par les Européens, Mercury Planetary Orbiter (MPO), et l'autre par l'agence japonaise, Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO).

Les deux véhicules voyageront ensemble vers Mercure dans un système couplé, mais une fois sur place, ils seront placés sur des orbites différentes. Le MMO étudiera l'interaction entre la planète et le vent solaire, tandis que le MPO sera chargé de cartographier la surface de Mercure.

Représentation 3D de la planète

L'objectif de l'altimètre laser Bela, un des éléments à bord du MPO, consiste à mesurer la forme, la topographie et la morphologie de la surface de Mercure. «Bela nous permet essentiellement de créer une représentation 3D de l'ensemble de la planète», explique Nicolas Thomas, codirecteur du projet et directeur de l'Institut de physique de l'Université de Berne.

Le tout nouveau spectromètre de masse Strofio doit de son côté permettre de saisir l'atmosphère très fine de Mercure - l'exosphère - et d'en analyser la composition chimique.

Les chercheurs ont dû concevoir des instruments de sorte à ce qu?ils puissent résister à la chaleur du soleil: sur Mercure, la température peut être dix fois plus élevée que sur la Terre.

Micro-caméras neuchâteloises

Le monde académique n'est par ailleurs pas le seul acteur suisse impliqué dans la mission de recherche BepiColombo. Un équipement neuchâtelois, développé par l'entreprise Micro-Cameras & Space Exploration (MCSE), fait partie du voyage.

MCSE a entièrement réalisé un instrument de bord composé de trois micro-caméras. Celles-ci seront utilisées notamment pour photographier les passages près de Vénus et à l'approche de Mercure.

De son côté, le groupe d'armement et d'aéronautique Ruag a notamment livré la structure du véhicule MPO en panneaux d'aluminium. (ats/nxp)

Créé: 18.10.2018, 11h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.