Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 09:04

Essais cliniques Un traitement expérimental prometteur contre Alzheimer

Un traitement expérimental des laboratoires américains Eli Lilly a ralenti les effets d'Alzheimer sur des patients souffrant d'une forme modérément avancée de la maladie.

Des patients dans les premiers stades d'Alzheimer traités avec le solanezumab ont préservé la plupart de leurs capacités cognitives, par rapport à des groupes ayant pris un placebo.

Des patients dans les premiers stades d'Alzheimer traités avec le solanezumab ont préservé la plupart de leurs capacités cognitives, par rapport à des groupes ayant pris un placebo. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des résultats d'essais cliniques, présentés mercredi 22 juillet, pourraient marquer la première avancée contre cette dégénérescence incurable: un traitement expérimental des laboratoires américains Eli Lilly a ralenti les effets d'Alzheimer sur des patients souffrant d'une forme modérément avancée de la maladie.

Des patients dans les premiers stades d'Alzheimer traités avec le solanezumab ont préservé la plupart de leurs capacités cognitives, par rapport à des groupes ayant pris un placebo, a indiqué le groupe pharmaceutique en présentant ces résultats à l'Alzheimer's Association International Conference (AAIC) réunie cette semaine à Washington.

Un ralentissement marqué

Les premiers résultats de deux essais cliniques avec cette molécule menés avec environ 2'000 patients pendant 18 mois et dévoilés en 2012 n'avaient pas été probants: les malades traités avec le solanezumab atteints d'Alzheimer n'avaient pas connu de ralentissement de la perte de leurs capacités cognitives.

Mais une analyse des résultats des essais cliniques pour les patients qui étaient à un stade plus précoce de la maladie montraient que le solanezumab a permis un ralentissement marqué de 34% du déclin mental de ces malades, et de 18% de leur perte de capacités à exécuter leurs tâches quotidiennes, ont précisé les chercheurs.

Des essais cliniques pendant deux ans

A la suite de cette découverte, Eli Lilly a décidé de poursuivre les essais cliniques pendant deux ans avec seulement des malades atteints d'une forme modérée d'Alzheimer, permettant à ceux qui prenaient un placebo d'être aussi traités avec le solanezumab.

Lilly avait déjà indiqué qu'après six mois, les patients traités avec le solanezumab continuaient à montrer des effets positifs par rapport à ceux qui avaient commencé à prendre ce traitement plus tard.

Eli Lilly a indiqué mercredi que cette différence importante entre ces deux groupes a subsisté un an après la prolongation de l'essai clinique et un peu moins après deux ans.

«Statistiquement significative»

Mais les différences dans les fonctions cognitives entre deux groupes après deux ans sont «statistiquement significatives», a indiqué Eli Lilly dans un communiqué.

Si le solanezumab continue à montrer de tels résultats au cours des prochaines années chez les 2.100 patients de ces études atteint d'une formes modérément avancée de la maladie, il pourrait devenir le premier médicament jugé efficace pour ralentir les symptômes de cette dégénérescence neurologique irréversible liée à l'âge qui affecte cinq millions d'Américains, selon les responsables de Lilly.

Les résultats de ces essais cliniques sont également publiés dans la revue Alzheimer's and Dementia: Translational Research and Clinical Interventions.

( /afp/nxp)

Créé: 22.07.2015, 16h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.