Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:03

Sciences Trois Suisses en course pour un prix Nobel

Que ce soit en chimie, en physique ou en médecine, trois professeurs enseignant à Bâle, Zurich et Lausanne font figure d'espoirs.

La médaille qui récompense les prix Nobel pourrait revenir cette année à un Suisse.

La médaille qui récompense les prix Nobel pourrait revenir cette année à un Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La semaine des Prix Nobel 2017 commence lundi à Stockholm. Le prix Nobel de médecine ouvrira le bal, suivi, mardi, du Nobel de physique, puis de chimie mercredi. La Suisse compte trois lauréats potentiels.

Michael Hall, chercheur à l'université de Bâle, est l'un de ces espoirs pour le Nobel de médecine. Expert dans le domaine de la croissance cellulaire, lui et son équipe cherchent à savoir comment la croissance cellulaire et le métabolisme sont régulés en cas de bonne santé ou de maladie.

Il a déjà a été récompensé par les prix de recherche internationaux les plus prestigieux pour ses performances novatrices en matière de recherche, qui incluent la découverte d’une molécule clé, la TOR («Target of Rapamycin»), en 1991.

Pour les ordinateurs du futur

Nicola Spaldin, chercheuse à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, est l'une des «papables» pour le Nobel de physique. Professeure en science des matériaux, elle est connue pour ses recherches pionnières sur le multiferroïsme.

Les matériaux multiferroïques sont à la fois ferromagnétiques et ferroélectriques. Leur application est la miniaturisation des appareils électroniques pour une consommation moindre d'énergie.

Révolution photovoltaïque

Quant à Michael Grätzel, il peut aspirer au Nobel de chimie. Professeur à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), il est, avec son équipe, l'inventeur des «cellules grätzel», prometteuses sur le plan de la conversion de l'énergie solaire en énergie électrique.

Les matériaux développés pourraient également permettre une nouvelle forme de stockage optique de données au niveau nanoscopique. Les cellules grätzel ont un rendement aussi important que les cellules photovoltaïques standard. (ats/nxp)

Créé: 29.09.2017, 13h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.