Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 01:50

Russie Une gigantesque tête de loup trouvée en Sibérie

La tête recouverte de fourrure a encore le cerveau et toutes ses dents intacts. Vieille de 32'000 ans, elle a été protégées par les glaces sibériennes.

Rien que la tête mesure 41,5 centimètres, soit la moitié du corps d'un loup contemporain.

Rien que la tête mesure 41,5 centimètres, soit la moitié du corps d'un loup contemporain. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une gigantesque tête de loup vieille de 32'000 ans, avec un cerveau et les dents intacts, a été découverte en Sibérie, a annoncé l'Académie des sciences locale dans un communiqué.

La tête recouverte de fourrure ressemblant à celle d'un mammouth a été découverte l'été dernier dans les glaces éternelles, au bord d'une rivière en Iakoutie (Sibérie orientale) par un habitant, selon le communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi.

Remise à l'Académie des sciences de Iakoutie, la découverte a été étudiée par des paléontologues russes et japonais qui ont établi qu'il s'agissait d'une tête de loup du Pléistocène (Canis dirus) âgée de 32'000 ans.

La taille de cette tête, longue de 41,5 centimètres, correspond à la moitié du corps d'un loup contemporain dont la longueur se situe entre 66 et 86 centimètres, précise le communiqué. «Cela a permis de conclure que le loup du Pléistocène était gigantesque», ajoute-t-il.

Tissus et fourrure intacts

Cette tête contient «un cerveau intact, et toutes ses dents sont préservées», souligne le communiqué, se félicitant d'une découverte «sensationnelle». Les tissus et la fourrure sont également intacts, selon la même source.

«C'est la première fois qu'on découvre les restes d'un loup du Pléistocène avec des tissus préservés», assure Albert Protopopov de l'Académie des sciences de Iakoutie, cité dans le communiqué.

«Nous allons le comparer avec les loups contemporains pour comprendre comment il a évolué et reconstruire son apparence», ajoute-t-il. L'examen de l'ADN du carnassier sera effectué en coopération avec des chercheurs du Musée suédois d'histoire naturelle, selon la même source. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2019, 11h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters