Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 04:06

Recherche Le ver immortel qui résiste aux bactéries

Des chercheurs français étudient de très près un ver plat immortel, le planaire Dugesia japonica, pour lutter contre les maladies dues à des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Image: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes les premiers en France et au monde à avoir utilisé ce ver plat, le planaire Dugesia japonica, pour rechercher une réponse immunitaire», a déclaré mercredi à l'AFP le chercheur Eric Ghigo, directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), à la tête de l'équipe «Infection, Genre et Grossesse» à l'origine de cette découverte publiée mercredi dans la revue Cell Host and Microbe.

«Le planaire n'est utilisé habituellement que dans les études sur la reconstitution des tissus car cet organisme est immortel. Si vous le coupez en 10 fragments cela vous donne 10 nouveaux vers», indique le chercheur qui a mobilisé plusieurs équipes françaises et internationales, notamment italienne et néo-zélandaise, autour de son projet.

Eric Ghigo explique qu'il cherchait «un modèle d'organisme nouveau» pour changer des modèles animaux habituels, la mouche, la souris ou les poissons avec lesquels «on arrivait au bout des choses», dit-il.

L'idée originale de l'équipe d'Eric Ghigo a été de tester 17 bactéries sur le planaire, notamment celles responsables de la légionellose, la salmonellose, la tuberculose ou la listériose. Une idée payante puisque le ver immortel s'est montré résistant à ces 17 bactéries «pathogènes voire mortelles pour l'homme».

Grâce au séquençage de l'ADN réalisé par une équipe néo-zélandaise spécialisée «sur le séquençage de modèles bizarres», les chercheurs ont découvert que l'incroyable résistance du planaire à ces agents pathogènes était due à un gène -MORN2- également présent dans le génome humain mais non actif.

Il ne restait plus aux chercheurs qu'«à +surexprimer+ ce gène dans des (cultures de, Ndlr) globules blancs humains», afin qu'elles puissent détruire les agents pathogènes.

«Cette découverte ouvre une nouvelle piste d'action, contre M. Tuberculosis (la bactérie à l'origine de la tuberculose), dont les souches résistantes aux antibiotiques sont de plus en plus repandues», s'est félicité le CNRS dans un communiqué.

Selon Eric Ghigo, cette avancée pourrait conduire à des essais cliniques sur l'homme d'ici «10 à 15 ans».

hj/tlg/alc/sym/cg

(afp/Le Matin)

Créé: 11.09.2014, 10h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.