Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 10:50

Santé Les Suisses sont nombreux à anticiper leur fin de vie

Une étude nationale montre que 80% des personnes interrogées réfléchissent concrètement au traitement et à la prise en charge dont elles aimeraient bénéficier en fin de vie.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Préparer sa mort est un acte de vie plutôt difficile. Et pourtant, les Suisses sont nombreux à anticiper leur fin de vie. Selon une étude de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), 82% des personnes interrogées pensent à leur fin de vie de temps à autre ou régulièrement et 66% ont déjà parlé avec quelqu'un de la mort. Ces aspects de la sensibilisation sont moins prononcés chez les hommes que chez les femmes. Par ailleurs, les personnes ayant un niveau de formation élevé ont tendance à davantage parler de ces questions.

L'étude révèle encore que plus des deux tiers (68%) ont déjà pensé au traitement et à la prise en charge dont ils aimeraient bénéficier. Environ la moitié des sondés estime qu’il est nécessaire d’aborder cette question suffisamment tôt, lorsqu’on est encore en bonne santé. Seuls 8% des personnes interrogées ont discuté de leurs souhaits avec un professionnel de la santé.

Les soins palliatifs ont la cote

La popularité de la notion de «soins palliatifs» a également été mesurée. Les résultats peuvent être comparés avec ceux d’un sondage similaire mené par l’OFSP en 2009. Ils indiquent que la part de la population suisse qui a connaissance des soins palliatifs est passée de 48 à 59%. Cette augmentation est nette en Suisse alémanique surtout, où la popularité de la notion a progressé de 37 à 55%. Dans la région francophone, 73% des sondés connaissent ce type de médecine sous le nom de «soins palliatifs».

Par ailleurs, le recours aux offres de soins palliatifs varie selon les régions de Suisse. Les personnes interrogées de Suisse romande et italienne déclarent avoir bénéficié de ces offres pour leur entourage proche à hauteur de, respectivement, 70 et 48%, alors qu’en Suisse alémanique, la proportion est de 37%.

94% des sondés reconnaissent la pertinence des soins palliatifs. (Le Matin)

Créé: 11.04.2018, 22h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters