Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 14:49

Suède L'épave recelait un trésor: près de 600 bouteilles de cognac!

Des centaines de bouteilles de cognac et de Bénédictine ont été remontées fin octobre de l'épave d'un navire, en mer Baltique.

Le responsable de l'entreprise suédoise Ocean X, spécialisée dans la recherche d'alcools perdus en mer, présente avec un membre de son équipe deux des 600 bouteilles de cognac retrouvées.

Le responsable de l'entreprise suédoise Ocean X, spécialisée dans la recherche d'alcools perdus en mer, présente avec un membre de son équipe deux des 600 bouteilles de cognac retrouvées. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bateau, où a été retrouvé les centaines de bouteilles de cognac, avait été coulé en mer Baltique par la marine allemande pendant la Première Guerre mondiale.

Le 22 octobre, Ocean X, une entreprise suédoise spécialisée dans la recherche d'alcools vintage perdus en mer, a sauvé de l'épave du Kyros 600 bouteilles de cognac et 300 de Bénédictine. Ce digestif est distillé à partir d'épices et de plantes.

Le Kyros avait été coulé au large de l'île d'Åland par un sous-marin allemand en 1917 alors qu'il faisait route vers la Finlande, chargé de biens destinés à la Russie tsariste.

L'équipage avait été épargné et transféré à bord d'un bateau à destination de la Suède.

Le cognac, produit par la maison De Haartman aujourd'hui disparue, et la Bénédictine sont en cours d'analyse dans un laboratoire pour déterminer s'ils sont propres à la consommation. «La mer Baltique offre des conditions favorables à la conservation de ces boissons», parce qu'elle est «sombre et très froide», a indiqué à l'AFP Peter Lindberg, responsable de l'expédition.

Pas de trace de fuite

Après la localisation de l'épave par 77 mètres de fond, l'équipe de Peter Lindberg a dû la libérer des filets de pêche qui l'entravaient. Son exploration par des plongeurs s'avérant tout de même périlleuse, ils ont dû faire appel à une société équipée d'un petit véhicule sous-marin téléguidé.

A l'oeil nu, l'état de préservation du trésor semble encourageant, aucune trace de fuite n'ayant été détectée. Des bulles d'air se promènent entre le bouchon et la liqueur et beaucoup des bouteilles de cognac étaient scellées à l'étain. «La valeur de ces bouteilles reste à déterminer parce que la marque de cognac n'existe plus», explique Peter Lindberg.

Il espère pouvoir vendre le lot à bon prix lors d'enchères internationales. «Je ne suis pas sûr d'avoir les moyens de me garder une bouteille», plaisante-t-il. (ats/nxp)

Créé: 07.11.2019, 16h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.