Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 12:41

TABAC HIGH-TECH Adieu cendres et fumée...

Il ne brûle pas, il chauffe… «Le Matin» a testé le nouveau système iQOS de Philip Morris pour inhaler la vapeur du tabac. Malgré des avantages certains, les avis sont plutôt mitigés.

Le tabac est roulé dans de courtes tiges qu’on enfile dans le tube chauffé par une lame.

Le tabac est roulé dans de courtes tiges qu’on enfile dans le tube chauffé par une lame. Image: Philip Morris S.A./iQOS

CE QU’ILS EN PENSENT

CE QU’ILS EN PENSENT

«On ne sent plus la chaleur de la vraie cigarette… On se croirait dans «Le Cinquième élément», où un personnage a droit à de toutes petites cigarettes qui ne donnent que trois bouffées.»
Marcial Florez, graphiste, un paquet de fortes par jour

«Ce n’est pas inintéressant, cela me rappelle le thé et une saveur proche de celle du pop-corn. Par contre, on ne sait pas trop comment tenir l’objet.»
Ricardo Moreira, infographiste, un paquet par jour

«On a l’impression de tirer dans le vide. Avec cet appareil, ce sont finalement beaucoup d’opérations et de manipulations pour
pas grand-chose de plus qu’une cigarette normale.»
Fabien Darvey, journaliste stagiaire, un demi-paquet par jour

«On dirait même que le tabac est infusé. Il y a un léger goût de carton aussi... Je ne me vois pas l’adopter, sauf pour l’avion, si c’est autorisé.»
Michel Pralong, journaliste, un paquet et demi par jour

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au kiosque Naville du Métropole, à Lausanne, on n’achète pas un iQOS comme n’importe quel produit. Des agents de vente sont là pour en faire la démonstration sur un stand clinquant. D’abord, il ne faut plus parler de «cigarette». Il s’agit d’une nouvelle manière de consommer du tabac que propose la marque internationale Philip Morris, dont le siège est à Lausanne et les laboratoires à Neuchâtel.

L’objet et le packaging offrent un design qui n’est pas sans évoquer les produits Apple. D’ailleurs le mot même «iQOS» rappelle le système d’exploitation d’Apple iOS. Il s’agit d’une boîte noire ou blanche arrondie, un peu plus longue et plus étroite qu’un paquet de cigarettes classique, qui contient un chargeur électrique. On y glisse l’étui qui se charge à son tour et permet de chauffer le tabac à 350 degrés (contre les 800 degrés d’une bonne vieille braise). Le tabac est roulé dans des HeatSticks, de courtes tiges qu’on enfile dans le tube chauffé par une lame. Et on tire dessus. Chaque HeatStick est programmé pour 14 bouffées à tirer en six minutes.

Trois arômes

Pour l’instant il existe trois arômes Marlboro: corsé, moyen et mentholé. Ce système a déjà été testé et commercialisé au Japon et en Italie en 2014. La Suisse est le troisième pays. On peut le trouver dans certaines enseignes Relay ou Naville en ville de Lausanne, Neuchâtel, Genève, Berne, Zurich et Bâle.

Après les 14 bouffées, il faut retirer le mégot «biodégradable», selon le vendeur, qui a lui-même arrêté les vraies cigarettes depuis qu’il a commencé avec l’iQOS. Car c’est bien là l’argument: il s’agit d’une alternative à la cigarette traditionnelle. L’absence de combustion du tabac permet de supprimer les toxines liées à la fumée, dont le goudron. Selon Philip Morris, la nocivité de l’inhalation du tabac est réduite de 90%. Sur les paquets, il n’est plus écrit «Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage», mais «Ce produit du tabac peut nuire à votre santé et crée une dépendance.» Ce n’est pas encore une bouffée d’air pur.

Pour le consommateur, les habitudes changent. Le briquet et les cendres disparaissent. La fumée qui s’accroche aux habits aussi. Mais il reste l’odeur du tabac. Et enfin il faut s’occuper de son iQOS tous les jours, le nettoyer régulièrement et le charger. (Le Matin)

Créé: 20.08.2015, 09h57


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.