Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:37

Internet La revente des cadeaux va bon train

Dès le jour de Noël les reventes de cadeaux affluent sur les sites internet, un phénomène qui entre dans les moeurs et concerne tant le dernier bestseller reçu en double que les sous-vêtements.

Image: Keystone

Et vous, vous revendez vos cadeaux?!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le site eBay avait déjà en milieu de matinée de Noël cumulé depuis la fin d'après-midi la veille des dizaines de milliers d'annonces en France pour la vente par des particuliers d'objets neufs, signe clair qu'il s'agit pour un grand nombre de cadeaux de Noël, même si encore peu de vendeurs osent écrire ce mot.

«Cela finit par rentrer dans les habitudes, notamment chez les plus jeunes et c'est souvent lié au fait d'avoir des cadeaux en double ou à une envie d'avoir un peu d'argent», résume Olivier Mathiot, co-fondateur de PriceMinister.com. Et, selon lui, «la raison économique est plus forte que déclaré dans les sondages» effectués régulièrement par ces sociétés de revente en ligne.La revente de cadeaux sur internet est «un phénomène sociétal plus important que l'an dernier», sans doute lié «aussi à la crise», renchérit pour sa part Laurent Radix, président de Paru-Vendu.fr.

Auparavant le cadeau qui ne convient pas «restait au fond du placard», «aujourd'hui, on essaie de le valoriser». PriceMinister évalue entre 3 et 3,5 millions le nombre de propositions de vente d'objets présentés comme neufs par des particuliers entre le réveillon de Noël et la mi-janvier, un chiffre deux fois plus élevé que la moyenne annuelle sur une même durée. La majorité attendent en effet le mois de janvier, souligne Leyla Guilany-Lyard, porte-parole d'eBay, mais un phénomène nouveau se développe: l'annonce depuis un smartphone. Les Français en sont d'une part de plus en plus équipés mais surtout cette méthode a, pour les impulsifs pressés de vendre immédiatement, le mérite de la discrétion, explique-t-elle. «Cette minorité qui revend dès le 25 décembre prend maintenant plus son téléphone portable pour le faire», dit-elle.«On a toujours eu des aficionados qui dès le 25 au matin revendaient, des gens qui ont l'habitude d'être dans cette logique de revente, sont très pragmatiques et prennent leur ordinateur» pour afficher leur annonce. «Mais il est vrai que, quand vous êtes en famille, il est compliqué et gênant de sortir son ordinateur, son appareil photo» alors qu'avec un smartphone en photographiant le code barre du produit, l'opération peut prendre, selon elle, «moins d'une minute».

Dans un sondage effectué en novembre pour eBay, 40% des Français envisageant de revendre un cadeau disaient qu'ils utiliseraient la somme obtenue pour s'offrir autre chose. 38% comptaient épargner, 29% payer une partie du coût des fêtes de Noël et 9% souhaitaient offrir quelque chose à un proche.Les réseaux sociaux ont développé ce phénomène et mettent aussi au grand jour un débat sur la question, note M. Mathiot. «Certains trouvent que c'est choquant, que le cadeau de Noël est sacré, d'autres disent que c'est normal», ces derniers devenant, affirme-t-il, «majoritaires». «Il y a un peu d'effet de crise, un côté très pragmatique, et une vraie éducation des Français à la revente de cadeaux, estime Mme Guilany-Lyard. Les gens laissent le film plastique et l'emballage en carton. On ne dit pas Noël directement mais on le fait comprendre en précisant «reçu depuis quelques heures», par exemple.

Quant au type de cadeau, l'on repérait les grands classiques du présent peu personnalisé: les bestsellers sortant avant les fêtes, les comédies musicales ou autres, les derniers prix littéraires, des bandes dessinées, des jeux vidéo. Et une quantité non négligeable de sous-vêtements, classés dans le sondage d'eBay dans le «Top 3 des cadeaux pourris» aux côtés du petit électroménager et des outils de bricolage.Un habitant du Loiret, sans attendre qu'avec le printemps vienne l'envie de planter, tailler, bêcher, proposait dès mercredi une carte cadeau de 150 euros d'un grand spécialiste du jardinage. «Faire offre raisonnable», précisait-il cependant. (afp/Le Matin)

Créé: 26.12.2013, 09h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.