Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 04:20

Etude Les Suissesses se trouvent moches

Il n’y a que 1% des femmes de ce pays qui déclarent s’estimer jolies. Un manque d’estime de soi qu’on retrouve moins à l’étranger.

Ce qu'elles n'aiment pas

VENTRE
C’est clairement cette partie de leur corps que les Suissesses aiment le moins. 29% d’entre elles en sont insatisfaites.

HANCHES
Elles sont 6% à se plaindre de cette zone critique.

JAMBES
10% des Helvètes avouent ne pas aimer leurs gambettes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un tout petit pour-cent. Eh oui, il n’y a que 1% des femmes de Suisse qui se décrivent comme jolies. Les 99% restantes n’osent pas l’affirmer. Ce qui gêne le plus les Suissesses dans leur apparence se situe dans la partie inférieure de leur corps (voir illustration).

En queue de peloton

Et, selon une étude réalisée récemment par la marque de cosmétiques Dove, les Suissesses arrivent vraiment en queue de peloton en termes d’estime de soi. Les Saoudiennes, elles, se placent en pole position avec 16% à se trouver mignonnes. Elles sont suivies des Brésiliennes (14%) et des Turques (13%). Selon la psychologue Monika Matschnig, citée dans l’étude, les femmes vivant dans des cultures traditionnelles se conforment à l’image de la femme «normale» que la société véhicule. Elles ont ainsi une conscience de leur corps plus positive que les femmes d’Europe occidentale où mettre en avant sa beauté est vu comme prétentieux. Un avis que partage la Neuchâteloise Nicole C. Boven, coach de vie et directrice d’une agence de placement de mannequins: «Le résultat de cette étude n’est finalement pas si étonnant. Il reflète parfaitement la mentalité européenne! Une femme qui dit se trouver belle et qui en plus le dit est vite vue comme arrogante et imbue d’elle-même. Le penser, oui, mais le dire, jamais!»

Les Suissesses estiment, toujours selon l’étude, que ce sont les médias et la société qui mettent le plus de pression sur les femmes en termes de beauté. «Nous suivons le style et la mode, réagit Nicole C. Boven. Nous nous mesurons à des paramètres fixés par des designers. Notre image de la beauté ne correspond pas à notre propre ressenti, mais elle est imposée de l’extérieur.» Et la coach de prodiguer un conseil à toutes, et tous, pour moins se prendre la tête. «Détournez votre regard de vos défauts et observez vos qualités. Croyez-moi, nous n’avons pas la moindre idée du nombre de qualités qui sommeillent en nous. Nous sommes tous de véritables paquets surprise!» Même les Suissesses, si promptes à se dénigrer, arrivent à se trouver des points forts. Leurs yeux, qu’elles décrivent à 43% comme la partie préférée de leur corps. Viennent ensuite les cheveux (11%) et la bouche (11%).

«Soyez moins sages»

De son côté, la conseillère nationale Maria Roth-Bernasconi (PS/GE) retient essentiellement une chose de ces chiffres: la trop grande modestie des femmes. «Qu’elles osent dire qu’elles sont jolies ou non m’importe peu, relève-t-elle. Mais ce manque d’estime de soi a des conséquences, notamment dans le monde du travail. Il y a un gros travail d’éducation à faire auprès des petites filles. A l’école, on valorise les garçons et on attend des filles qu’elles soient modestes et sages. Moi, je donne un conseil aux filles: ayez davantage confiance en vous et soyez moins sages.»

Créé: 28.05.2012, 09h15