Mardi 20 novembre 2018 | Dernière mise à jour 18:22

Dangereux «Momo», ce monstre qui vous terrorise sur WhatsApp

Un nouveau phénomène viral appelé «Momo Challenge» serait à l'origine du suicide d'une fillette de 12 ans en Argentine.

Large sourrire diabolique, yeux exorbités, ce visage terrifiant utilisé en guise de photo de profil de «Momo» est une oeuvre de l'artiste japonais Midori Hayashi.

Large sourrire diabolique, yeux exorbités, ce visage terrifiant utilisé en guise de photo de profil de «Momo» est une oeuvre de l'artiste japonais Midori Hayashi. Image: DR

Besoin d'aide?

En Suisse romande, les adolescent(e)s et leurs parents peuvent contacter le numéro 147 de ProJuventute pour obtenir de l'aide ou des conseils.

Ils peuvent aussi consulter les ressources présentes dans chaque canton pour chaque type de besoin sur les pages «Besoin d’aide» de l'association STOP SUICIDE.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout commence avec cette photo à faire froid dans le dos. Ceux qui la reçoivent sont invités à contacter «Momo» sur WhatsApp sous peine d'être hantés et maudits par cette créature cauchemardesque.

Poussés par la curiosité, de nombreux adolescents se sont pris au jeu. «Je sais absolument tout de vous», dit-elle avant de dévoiler les noms, prénoms, numéros de téléphone, dates de naissance et adresses de ses interlocuteurs. Et d'ajouter: «Voulez-vous continuer à jouer avec moi?»

Menaces en pleine nuit

Jusque là, rien de plus ordinaire qu'une conversation avec Siri. Seulement voilà. «Momo» se met ensuite à lancer une série de défis macabres en menaçant son interlocuteur de le faire «disparaître de cette planète sans laisser de trace» s'il ne s'y plie pas.

L'entité n'hésite pas à effrayer ses contacts en les interpellant à 3h du matin avec ses tirades inquiétantes. Puis, les chantages et les harcèlements se poursuivent. Certains joueurs ont reçu en retour des images violentes ou ont été menacés de voir leurs informations personnelles rendues publiques sur les réseaux, a rapporté l’Unité d’enquête des délits informatiques de l'État du Tabasco, au Mexique.

Les menaces de mort s'enchaînent de jour comme de nuit. Les réponses de la créature varient selon les conversations. Le pire défi relevé consistait à mettre fin à ses jours.

Fillette poussée au suicide

De quoi déstabiliser les âmes les plus sensibles. En Argentine, «Momo» est suspecté d'avoir poussé une jeune Mexicaine âgée de 12 ans à se donner la mort par pendaison, selon l'enquête préliminaire.

De nombreuses campagnes de prévention à l'attention des parents ont été diffusées en plusieurs langues sur les réseaux sociaux pour préserver les personnes les plus vulnérables.

Derrière le masque

On ignore aujourd'hui quelles motivations se cachent derrière ce jeu lugubre qui aurait visiblement été lancé au Japon avant d'être repris et adapté en Europe.

Ce qu'on sait en revanche, c'est que trois numéros de compte WhatsApp sont liés à «Momo». Ils proviennent du Japon, de Colombie et du Mexique.

De nombreux Youtubeurs surfent actuellement sur la vague de ce nouveau phénomène en tentant de provoquer «Momo» en vidéo.

Le profil de «Momo» est en réalité une photo d'une sculpture contemporaine de l’artiste japonais Midori Hayashi réalisée dans un studio d'effets spéciaux.

(Le Matin)

Créé: 16.08.2018, 14h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.