Mardi 26 septembre 2017 | Dernière mise à jour 22:01

Maison hantée Que fait-on quand on a très peur?

Le premier réflexe n'est pas de prendre ses jambes à son coup, révèlent des chercheurs neuchâtelois et parisiens. La preuve en images.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Face à une situation suscitant la peur, le premier réflexe n'est pas de fuir, mais de se rassurer en agrippant son voisin. Ce constat ressort d'une recherche ayant pour décor une maison hantée dans un parc d'attractions au Canada.

Des spécialistes du comportement de l'Université de Neuchâtel et de l'Ecole normale supérieure (ENS) de Paris ont passé en revue 460 photos montrant des réactions de frayeur de groupes de visiteurs de cette maison. Leurs conclusions viennent d'être publiées dans la revue scientifique Royal Society Open Science.

L'intuition voudrait qu'un individu face à une situation effrayante choisisse la fuite. Mais la réalité est souvent différente. «Dès que l'on se trouve en groupe, les liens sociaux l'emportent sur la volonté de ne penser qu'à soi», relève Guillaume Dezecache, éthologue à l'Université de Neuchâtel.

Les individus cherchent à se rassurer en saisissant un voisin par le bras. Ils s'attendent à ce que l'autre personne fasse de même, ce que l'on nomme la préhension mutuelle. Derrière ces actes sociaux se cachent toutefois des motivations moins altruistes qu'il n'y paraît à première vue.

Pour se protéger soi-même

«L'acte social consistant à rechercher le contact physique avec son voisin est en réalité motivé par une envie de se protéger soi-même», nuance Julie Grèzes, chercheuse au laboratoire de neurosciences cognitives à l'ENS, citée dans un communiqué de l'Université de Neuchâtel publié jeudi.

Avec la maison hantée Nightmare Fears Factory à Niagara Falls, au Canada, les chercheurs ont pu analyser des réactions purement éthologiques et prises sur le vif. Elles sont révélées sur des images capturées par des caméras automatiques de l'attraction et qui sont vendues ensuite aux visiteurs à la fin du parcours. (ats/Le Matin)

Créé: 10.08.2017, 21h44


Sondage

"Back to School", "Sale", etc.: l'anglais utilisé dans les magasins romands vous choque-t-il?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.