Lundi 17 juin 2019 | Dernière mise à jour 06:55

Papouasie Agrandir son pénis soi-même, un problème de santé publique

Le corps médical de Papouasie-Nouvelle-Guinée tire sur la sonnette d'alarme. Des centaines d'hommes tentent d'agrandir les mensurations de leurs pénis en y injectant toutes sortes de substances. Et ça se termine souvent mal.

Après s'être injecté divers liquides dans le pénis pour l'agrandir, de nombreux papouasiens se sont retrouvés impuissants.

Après s'être injecté divers liquides dans le pénis pour l'agrandir, de nombreux papouasiens se sont retrouvés impuissants. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà une information qui pourrait être risible si elle n'était pas aussi inquiétante. Le très sérieux journal The Guardian rapporte qu'un médecin travaillant dans la capitale papoue de Port Moresby aurait reçu plus de 500 hommes souffrant de problèmes suite à des tentatives «maisons» d’agrandissement de leurs pénis.

Pour ce faire, les malheureux se sont injectés différents liquides: huile de coco, huile pour bébé, silicone et huile de cuisson. Les conséquences ne sont pas anodines, les effets secondaires sont graves et parfois irréversibles. Certains patients ont dû faire face à l'apparition de gonflements anormaux et de bosses sur leurs pénis et leurs testicules. Des ulcères très douloureux avec risque d'éclatement sont également apparus.

Comme l'explique le chirurgien Akule Danlop au Guardian, l'objectif pour ces hommes était d'augmenter ce qu'ils considèrent comme étant le symbole de leur virilité, mais la plupart se sont retrouvés dans un état d'impuissance chronique. Certains ont même dû subir plusieurs interventions chirurgicales pour réduire le gonflement de leur prépuce, qui ne leur permettait plus d'uriner correctement. Des greffes de peau ont même été nécessaires pour d'autres.

Profils variés

Les hommes concernés viennent de toutes les couches de la population papoue et leurs âges varient entre 16 et 55 ans. Le docteur Danlop affirme avoir lui-même procédé a plus de 90 opérations sur des patients ayant tenté cette périlleuse expérience. Il pense d'ailleurs que de nombreuses personnes vivront toute leur vie avec des malformations et des douleurs aux parties intimes plutôt que de se rendre à l'hôpital pour expliquer ce qu'ils ont tenté de faire.

En voulant agrandir la taille de leur pénis, ces hommes mettent en danger d'autres patients et patientes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui se voient forcément accorder moins de temps et d'argent: «Il est un peu frustrant de devoir traiter autant de cas d'hommes qui se sont fait du mal tout seuls, pendant que d'autres personnes qui n'ont rien fait méritent de l'aide», commente Akule Danlop.

Selon la BBC, de nombreux cas similaires ont été recensé en Grande-Bretagne l'année dernière. Les cabinets de chirurgie esthétiques sont de plus en plus sollicités pour des opérations d'agrandissement du pénis par injection. Les demandes d'intervention de ce genre un peu particulier auraient été multipliées par 70 entre 2015 et 2018.

Pourtant, on ne cesse de répéter que ce n'est pas la taille qui compte... (Le Matin)

Créé: 15.04.2019, 06h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.