Samedi 25 mai 2019 | Dernière mise à jour 15:18

Phénomène Ces animaux stars d'Instagram qui rapportent gros

Des boules de poils sont suivies par des millions de personnes. Mais derrière ces bouilles craquantes se cachent des histoires de gros sous.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On trouve de nombreux chiens et pas mal de chats, mais aussi un ouistiti, un écureuil, un cochon, un caméléon ou un raton laveur. Toutes ces «bestioles» ont un point commun: ce sont des stars d’Instagram, suivies par des centaines de milliers voire des millions de followers.

Dans la galerie ci-dessus, nous vous présentons Doug, Jiffpom ou Mala: cinq des plus importants «influenceurs» à quatre pattes. Chacun est suivi par plus de deux millions de personnes. Ensemble, ils peuvent même se targuer d’avoir conquis le cœur de plus de 17 millions d’abonnés…

Chou et rémunérateur

Ces comptes Instagram velus fonctionnent sur deux principaux ressorts: l’humour ou/et le coup de cœur. Ces animaux nous font mourir de rire. Ou craquer tellement ils sont mignons.

Mais ne soyons pas naïfs: derrière ces adorables ou hilarantes boules de poils on trouve aussi presque toujours des histoires de gros sous. D’abord, ceux qui ont du succès en profitent pour proposer toute une série de produits dérivés, de la figurine à la tasse en passant par les incontournables calendriers.

Plus de 10 000 dollars une seule image

Surtout, les marques ne sont évidemment pas passées à côté de ces phénomènes modernes. Résultat: grâce à des campagnes de publicité, des publications sponsorisées ou du placement de produit, les «pet influencers» engrangent des milliers de dollars.

Fin décembre, «Business Insider» expliquait que dès que l’animal dépasse le million d’abonnés, une seule de ses publications Instagram peut être rémunérée entre 10 000 et 16 000 dollars. On apprenait qu’il existe même désormais aux États-Unis des agences spécialisées pour monétiser les frimousses des animaux vedettes. Comme The Dog Agency, à New York, qui revendique 150 clients poilus – une immense majorité de chiens mais aussi quelques chats et singes.

Un marché en pleine croissance

À en croire «Business Insider», les animaux vedettes des réseaux sociaux sont même mieux rémunérés que les humains proportionnellement au nombre d’abonnés. Et ce marché serait en pleine expansion. Alors savourons ces comptes savoureux. Mais ne soyons pas dupes: il n’est pas exclu que Doug, Jiffpom ou Mala tentent de nous refourguer des croquettes pour chiens ou chats en passant…

(Le Matin)

Créé: 15.03.2019, 12h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.