Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 10:50

France Une association en guerre contre les élevages de lapins

L'association de protection animale L214 dénonce, images vidéo à l'appui, les conditions d'élevage industriel des lapins. Attention, ces images peuvent heurter certaines sensibilités.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lapins entassés dans des cages, animaux blessés voire morts et boîtes de médicaments: l'association a mis en ligne des images filmées dans huit élevages de Poitou-Charentes et de Bretagne entre novembre 2012 et février 2013.

Selon l'association, ces images montrent les «conditions d'élevage standard des près de 40 millions de lapins» élevés en France, troisième pays producteur d'Europe après l'Italie et l'Espagne. La consommation de lapin en France représente environ 1 kilo de viande par habitant et par an, et est majoritairement le fait des plus de 50 ans, souligne l'association.

«Les conditions d'élevage des lapins sont très mal connues du grand public, qui a gardé l'image des grand-mères avec leurs clapiers», remarque une porte-parole de L214, Johanne Mielcarek, lors d'une conférence de presse. L'association dénonce un élevage «très intensif», sans réglementation spécifique, avec une «utilisation massive de médicaments et d'antibiotiques».«Bien que la viande de lapin ne dépasse pas 1,5% du total des viandes consommées en France, les lapins reçoivent 7,8% du tonnage d'antibiotiques administrés dans les élevages français», affirme L214, qui dénonce aussi une mortalité importante, de l'ordre de 20% des lapins en élevage.

De son côté, l'interprofession des éleveurs, le Clipp, assure que «la mortalité en élevage de lapins dans sa totalité n'est pas plus élevée que pour d'autres productions animales». «Il faut tenir compte de la réalité de l'espèce lapin: une forte prolificité (fécondité) pour compenser une mortalité élevée», ajoute l'organisme. Au sujet des antibiotiques, «les lapins peuvent faire face à des maladies digestives et respiratoires qui sont traitées par l'emploi de médicaments vétérinaires délivrés sous prescription uniquement», souligne également le Clipp.

L214 organisait mercredi après-midi à Paris un «happening» où des militants devaient exposer des lapins morts provenant d'élevages.

(afp/Le Matin)

Créé: 27.03.2013, 20h31

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.