Mardi 16 octobre 2018 | Dernière mise à jour 22:54

France Le bitcoin au service des océans

Des scientifiques mène une opération ingénieuse pour subventionner leurs expéditions au service du sauvetage de la planète.

Tara est arrivée à Shanghai, en Chine.

Tara est arrivée à Shanghai, en Chine.

La fondation Tara

Elle oeuvre au service de l'étude océanique, depuis 15 ans. Elle tente notamment de mieux comprendre l'impact du réchauffement climatique sur les océans et de contenir la crise écologique sur ces derniers. Sa goélette a déjà onze expéditions au compteur. Etude de la banquise de l'océan Arctique ou des récifs coralliens dans le Pacifique, analyse du plancton présent dans toutes les mers du globe, mesure de la pollution de la Méditerranée par les plastiques sont parmi les activités du navire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'opération est ingénieuse. Et surtout, c'est une première. Des scientifiques de la fondation Tara (lire ci-contre) ont décidé de financer leurs expéditions grâce au bitcoin. Comment?

«Une petite turbine hydraulique, émergée au large du Morbihan, fournit de l’électricité à un ordinateur capable de sécuriser des transactions financières réalisées dans la devise numérique», rapporte «Le Parisien».

Ce dispositif, totalement inédit, a déjà rapporté 200 euros (soit 238 francs) en un mois. «Ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan», comme le reconnaît le directeur général de Tara Romain Troublé auprès du quotidien, mais l'idée est séduisante. Et surtout, à l'heure où les enjeux pour la planète sont colossaux et que les coûts des missions scientifiques sont particulièrement chers, aucun financement n'est à négliger.

«Cette installation ne permettra en aucun cas de couvrir les besoins de la recherche scientifique, ce n’est qu’une […] minime contribution symbolique apportée aux expéditions menées par Tara. C’est cependant un moyen fort qui permet de rappeler que seule la mobilisation de tous permettra de financer la recherche pour étudier, comprendre et mieux préserver l’océan demain», rappelle Romain Troublé.

(Le Matin)

Créé: 17.04.2018, 12h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.