Mardi 21 janvier 2020 | Dernière mise à jour 14:37

France «Trop bruyante», une boulangerie risque la fermeture

La mort programmée d’une boulangerie de Langres, en Haute-Marne, suscite un vif émoi dans l’Hexagone.

TF1 a consacré un reportage à l'artisan Eric Gallien, de Langres, qui tient une boulangerie jugée trop bruyante.

TF1 a consacré un reportage à l'artisan Eric Gallien, de Langres, qui tient une boulangerie jugée trop bruyante. Image: TF1

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Langres, en Haute-Marne, une boulangerie exploitée par Eric Gallien tourne sans discontinuer depuis 56 ans. Mais ça risque de s’arrêter d’ici quelques semaines suite à la plainte d’un voisin, qui juge l’activité des fours et pétrins trop bruyante.

Le téléjournal de 13 heures de TF1 a consacré un reportage à ce cas le 31 décembre dernier. Eric Gallien y dit tout son désarroi. «On ne comprend pas», lâche-t-il, notant que lorsqu’ils passent dans la rue, «les gens ne tournent pas la tête parce qu’on fait du bruit».

135 000 francs de travaux

Reste que ce n’est pas l’avis d’un voisin, avec qui la boulangerie est en conflit depuis sept ans et qui se plaint de ses nuisances sonores. Aucune tentative de médiation n’a abouti. Et la justice a fini par trancher, contre la boulangerie.

Pour continuer son activité, Eric Gallien doit donc entreprendre des travaux d’insonorisation estimés à 125 000 euros – quelque 135 000 francs. Une somme que l’artisan dit ne pas posséder. Et qu’il n’entendrait de toute façon pas investir à quatre ans de la retraite. Las, il a décidé de «lâcher l’affaire», explique LCI.

15 employés au chômage

Les conséquences? La fermeture de l’établissement «trop bruyant», qui pourrait intervenir fin février ou début mars. Mais aussi d’une seconde boulangerie détenue par Eric Gallien, également à Langres. Ce qui mettrait 15 employés au chômage.

Une fin qui attriste les habitués. Qui inquiète les autorités, qui notent que les boulangeries d’Eric Gallien fournissent les cantines des écoles locales, l’hôpital comme la dizaine de restaurants de Langres. Tout comme les autres commerçants de la commune, qui craignent que les consommateurs désertent le centre pour la périphérie.

«On m’appelle de partout en France»

Le reportage de TF1 a été suivi de nombreux articles dans la presse hexagonale et une mobilisation citoyenne s’est créée pour tenter de sauver la boulangerie et ses employés. Une cagnotte en ligne a été lancée mais elle a été stoppée à la demande du boulanger, qui dit ne plus vouloir se battre.

«On voit que la population est derrière nous, on m’appelle de partout en France pour me soutenir, j’ai eu des reportages, des milliers de vues sur internet, il y a même une page Facebook, c’est encourageant mais à ce jour c’est trop, j’ai déjà commencé mon démantèlement et je ne continuerais pas mon activité», a expliqué jeudi Eric Gallien à France 3.

Une lueur d'espoir?

Fin de l’histoire? Pas sûr: il reste une lueur d’espoir car ce vendredi, sur la page Facebook de soutien, le boulanger ne se montre plus aussi catégorique. Après des remerciements pour les soutiens reçus et même ce qu’il qualifie d’«élan national de solidarité», il révèle que «des rendez-vous importants sont prévus la semaine prochaine». Le destin de ses deux boulangeries n’est peut-être pas définitivement scellé.

Renaud Michiels

Créé: 05.01.2020, 11h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.