Vendredi 3 juillet 2020 | Dernière mise à jour 17:42

France Après le cheval, du mouton prohibé chez Spanghero

Après la viande de cheval, l'entreprise Spanghero va devoir s'expliquer sur la présence dans ses entrepôts de 57 tonnes de mouton britannique dont l'importation est théoriquement interdite depuis l'épidémie de vache folle.

L'entreprise Spanghero fait à nouveau parler d'elle.

L'entreprise Spanghero fait à nouveau parler d'elle. Image: AFP

Le même trader néerlandais que le cheval

La viande de mouton britannique prohibée, retrouvée chez Spanghero, a été livrée par Draap Trading, appartenant au trader néerlandais Jan Fasen, déjà incriminé dans le scandale de la viande de cheval, a appris l'AFP auprès du ministère de l'Agriculture.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les services vétérinaires et de la répression des fraudes ont découvert chez Spanghero 57 tonnes de viande de mouton britannique pourtant interdite d'importation. Cette entreprise était déjà en première ligne lors du scandale de la viande de cheval.

Cette viande a été découverte lors des inspections effectuées à Castelnaudary (Aude) chez Spanghero en février quand l'entreprise s'est retrouvée au coeur du scandale de la viande de cheval dans des lasagnes estampillées au boeuf, a indiqué le procureur de Carcassonne Antoine Leroy.

«On n'a pas le droit d'importer en provenance de l'Europe de la viande obtenue dans ces conditions», a expliqué le procureur Antoine Leroy. Le procédé employé et proscrit consiste à racler l'os pour en obtenir de la viande, mais aussi des nerfs ou du muscle, a-t-il dit.

Tous les éléments ont été transmis à la justice, saisie d'une affaire qui s'est étendue à toute l'Europe, a dit le ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot. «Par mesure de prévention, nous avons enjoint à rappeler tous les produits fabriqués à partir de cette viande», des merguez, de la charcuterie, a-t-il dit.

Spanghero est déjà accusée d'avoir sciemment revendu plusieurs centaines de tonnes de viande censée être du boeuf mais contenant du cheval. Le parquet de Carcassonne devait se dessaisir de manière imminente en faveur du pôle de santé publique du parquet de Paris qui centralise les investigations.

(JCM/nxp)

Créé: 19.03.2013, 11h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.