Lundi 11 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:01

Toulouse Des commerçants dégainent la housse anti-vélos

Ils ont trouvé la solution radicale pour que les cyclistes cessent d'enchaîner leur véhicule aux barrières devant leurs magasins.

Vertes ou blanches, ces housses sont illégales, mais ceux qui les installent ne seront pas verbalisés.

Vertes ou blanches, ces housses sont illégales, mais ceux qui les installent ne seront pas verbalisés. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le centre-ville de Toulouse (F) s'est paré d'étranges décorations depuis quelques semaines. Des housses, faites main et qui, en étant ficelées au pied des barrières, empêchent les cyclistes d'y cadenasser leur vélo. Ce système est une initiative privée de certains commerçants, lassés que les piétons ne puissent plus passer sur les trottoirs devant leurs magasins. «Je le fais parce que j’ai vu une dame avec une poussette se prendre une pédale dans le mollet et parce qu’on ne peut plus sortir de la boutique en fauteuil roulant», explique la gérante d'une boutique à 20minutes.fr. Du coup, elle installe sa housse chaque matin et la retire le soir.

Manque de stationnement

Plusieurs de ses voisins font pareil. Pour l'association 2 Pieds 2 Roues, qui défend les cyclistes, les commerçants n'ont pas le droit de personnaliser ainsi l'espace public. Mais elle reconnaît toutefois que ce n'est pas tant une mesure prise pour embêter les cyclistes que la conséquence d'un problème au centre-ville: le manque de stationnement pour les vélos. Une situation dont la mairie de Toulouse est parfaitement consciente: les 2000 arceaux permettant d'y cadenasser 4000 bicyclettes ne suffisent plus face à la recrudescence de ce moyen de transport dans la ville rose. Des mesures ont déjà été envisagées pour y remédier puisque 400 emplacements supplémentaires seront installées d'ici décembre.

En attendant, 20minutes.fr a demandé à la Ville si les commerçants qui recouvraient ainsi les barrières risquaient une amende. La réponse est claire: comme les vélos stationnés sur le trottoir ne sont pas verbalisés, ceux qui empêchent de le faire ne le sont pas non plus.

Créé: 23.08.2019, 11h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.