Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 20:20

Violences Les coups pleuvent durant le confinement

Les services d'appels d'urgence font état en Europe d'une augmentation de 60% des appels de femmes victimes de violences conjugales.

Les violences intrafamiliales, envers un conjoint ou un enfant, tendent à augmenter en période de crise.

Les violences intrafamiliales, envers un conjoint ou un enfant, tendent à augmenter en période de crise. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les services d'urgence à travers l'Europe ont enregistré une hausse allant jusqu'à 60% des appels de femmes victimes de violences conjugales pendant le confinement lié à la lutte contre le nouveau coronavirus, a alerté jeudi l'OMS Europe.

Selon l'OMS, les violences intrafamiliales, envers un conjoint ou un enfant, tendent à augmenter en période de crise, notamment avec les mesures de restriction et de confinement mises en place pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

«Les Etats membres font état d'une augmentation allant jusqu'à 60% des appels d'urgence de femmes victimes de violences de la part de leur partenaire en avril cette année, par rapport à l'année dernière», a déclaré le directeur de la branche Europe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Hans Kluge, lors d'une conférence de presse diffusée en ligne depuis Copenhague.

«Les signalements sont en hausse dans presque tous les pays», a souligné une experte de l'organisation, Isabel Yordi. L'agence des Nations Unies chargée de la santé sexuelle et reproductive (UNFPA) a estimé que 31 millions de cas supplémentaires de violences familiales seraient à déplorer dans le monde si le confinement se poursuivait encore six mois.

La branche Europe de l'OMS, qui s'étend de l'Atlantique au Pacifique et comprend 53 pays aussi hétéroclites que la Russie et Andorre, compte 1,6 million de cas officiels de maladie Covid-19 et près de 150'000 décès liés au virus, selon les chiffres de l'organisation. Avant l'épidémie, un quart des femmes et un tiers des enfants dans la région avaient été sujets à des violences au cours de leur vie. (afp/Le Matin)

Créé: 07.05.2020, 12h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.