Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 03:49

Récit Un crottin de la discorde, des voisins en guerre et un espoir

En France, après le chant du coq Maurice, ce sont les déjections du cheval Sésame qui ont occupé la justice. Qui a tenté de ne pas sévir.

Sésame, le cheval accusé de produire un crottin trop odorant.

Sésame, le cheval accusé de produire un crottin trop odorant. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a eu le coq Maurice qui chantait trop fort, les canards de Soustons qui cancanaient trop bruyamment ou le vacarme «insupportable» des cloches d’un troupeau haut-savoyard. De nombreux bruits et odeurs de la campagne qui ne sont plus tolérés ont récemment défrayé la chronique en France. Et ils ont surtout occupé les tribunaux. Rebelote cette semaine. Mais cette fois la justice aura tout tenté pour ne pas trancher entre deux voisins en conflit.

L’histoire se déroule à Orschwihr, petite commune viticole du Haut-Rhin. Là, deux familles sont en guerre totale. Pour une question de crottin… D’un côté il y a les Zusslin, des viticulteurs, qui utilisent depuis quelques années un cheval nommé Sésame pour labourer. De l’autre, les voisins, les Holer, qui exploitent un gîte. Et au centre on trouve donc les crottins de Sésame, dont les émanations odorantes sont jugées insupportables par les Holer.

Deux procès

Ridicule? Les deux familles étant en tout cas incapables de s’entendre et de trouver une solution, le crottin de Sésame s’est retrouvé devant la justice. Deux fois, même.

Les Holer ont décidé de poursuivre leurs voisins et l’«affaire» a d’abord été jugée par le tribunal de Guebwiller, en juillet 2018. Sésame passe la majeure partie de son temps à proximité de leur maison, avaient souligné les exploitants du gîte. Marie-Odile Holer avait soutenu que les odeurs de crottin incommodaient les clients de son gîte ou interdisait même l’utilisation de la terrasse.

Un huissier pour compter les crottes

On apprenait en passant que les Hodler avaient fait venir un huissier qui avait constaté la présence de 50 déjections sur la parcelle litigieuse… «On peut ramasser les crottins, quand on a des voisins à proximité», avait plaidé Marie-Odile Holer, relatait France Bleu. Sa famille exigeait alors qu’une vingtaine de mètres sépare sa propriété des déjections de Sésame.

«Le cheval fait partie de notre philosophie en biodynamie», avait répliqué Jean-Paul Zusslin, qui avait brandi une pétition de soutien munie de milliers de signatures. «On sollicite les gens pour qu’ils nous soutiennent, car on se dit qu’il y a sur terre des sujets beaucoup plus graves», avait-il lâché.

Présence pas anormale

La justice avait finalement débouté les Holer, estimant «que la présence de chevaux, en nombre très limité dans un environnement semi-rural et semi-urbain, ne saurait être considérée comme anormale.»

Fin de l’histoire. Non: recours des Holer et retour de Sésame et de ses cacas devant la justice, ce lundi, devant la cour d’appel de Colmar. L’affaire étant d’importance, «Le Figaro» y a envoyé son chroniqueur judiciaire.

Ambiance glaciale

Il a d’abord constaté que les relations entre les deux familles restaient glaciales. «Les Holer et les Zusslin sont assis le plus loin possible les uns des autres, au fond de la salle d’audience, leurs avocats s’apprêtent à développer leurs arguments», écrit-il.

Mais avant que les «ennemis» et leurs avocats se déchirent, la présidente du tribunal Annie Martino a tenu à prendre la parole. Et s’est montrée pleine de sagesse. «Il est dommage de faire trancher ce litige par une juridiction, car, quelle que soit la décision, les rancœurs vont persister. Y a-t-il eu une tentative de médiation?», a-t-elle demandé.

«Acharnement et animosité»

«Elles ont toutes échoué», a répondu l’avocat des Holer. Difficile de concilier lorsqu’on est confronté à «l’acharnement, l’animosité d’un voisin», a balancé en retour celui des Zusslin…

Ça débutait mal. Mais la juge et son assesseuse ne se sont pas découragées. Et cette dernière de plaider: «Ce serait dommage de ne pas trouver un arrangement. Vous ne quitterez Orschwihr ni les uns, ni les autres, des années de procédure n’ont rien arrangé. Ce que dit le droit ne fait pas forcément une vie quotidienne agréable, vous le savez. Ne vous interdisez pas de trouver un accord aujourd’hui, cela ne serait humiliant pour personne.»

Une solution suggérée

La présidente, continue «Le Figaro», a alors sorti des plans et demandé aux Holer et aux Zusslin de venir près d’elle. «Si le cheval ne pouvait pas s’approcher au-delà de cette limite, à 6 mètres de la terrasse, ce serait une solution acceptable, non?», a-t-elle suggéré, l’index sur la carte.

Pour y parvenir, les Zusslin devraient simplement déplacer une clôture. Puis la présidente Martino a souligné: «Il est encore possible de réfléchir. Le délibéré éventuel sera rendu le 13 janvier», en insistant bien sur le terme «éventuel».

Un compromis ou un verdict

À la sortie de l’audience, explique le quotidien français, les Zusslin semblaient prêt à accepter le compromis mais n’avaient rien arrêté. Après avoir beaucoup «maugréé sur le crottin», les Holer sont apparus moins bien disposés mais n’avaient rien décidé non plus.

Si les voisins acceptent, est-il précisé, un certain calme pourrait revenir à Orschwihr. Mais aucune des familles ne pourra alors récupérer les frais engagés dans les procédures. S’ils refusent, la présidente du tribunal rendra son verdict en janvier. Il y aura alors un gagnant, un perdant et un voisinage tout sauf apaisé.

«On se dit que, parfois, la justice n’est jamais aussi belle que quand elle tente, jusqu’au dernier moment, de rapprocher des justiciables qui se gâchent la vie avec une querelle à deux sous sans condamner l’un des deux», conclut le chroniqueur du «Figaro». «Il serait splendide, cet arrêt retenu pour que cesse la guéguerre d’Orschwihr.»

Renaud Michiels

Créé: 21.11.2019, 07h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.