Mardi 11 décembre 2018 | Dernière mise à jour 09:50

Protection des animaux Défaite judiciaire pour les défenseurs du foie gras en Californie

Un tribunal de Los Angeles a rejeté les arguments de défenseurs du foie gras qui accusent l'interdiction d'être anticonstitutionnelle.

Image: PHOTO D'ILLUSTRATION/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les défenseurs du foie gras en Californie, où la production et la vente de ce mets obtenu par le gavage forcé des oies et des canards sont interdits depuis le 1er juillet, ont échoué mercredi dans leur tentative de faire invalider l'interdiction par la justice. Ils veulent faire appel de cette décision.

Lors d'une brève audience devant un tribunal fédéral à Los Angeles, le juge Stephen V. Wilson a rejeté les arguments d'un syndicat de producteurs canadiens de foie gras, d'un groupe de restauration et d'un producteur de la région de New York, qui accusent l'interdiction d'être anticonstitutionnelle.

L'avocat des plaignants, Michael Tenenbaum, a affirmé qu'il porterait le dossier devant la cour d'appel de l'ouest des Etats- Unis, à San Francisco.

Selon lui, l'interdiction, entrée en vigueur le 1er juillet, est «anticonstitutionnelle, vague et contraire aux lois du libre commerce». Il affirme que l'interdiction coûte à ses clients 15'000 dollars par jour.

Jusqu'à 1000 dollars d'amende

Un restaurant qui mettrait du foie gras à son menu s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 1000 dollars.

La décision de la Californie, défendue par les protecteurs des animaux, a suscité la «consternation» des producteurs et de nombreux cuisiniers américains et internationaux connus.

L'impact de l'interdiction est quasi nul pour les producteurs français car les exportations de l'Hexagone vers les Etats-Unis étaient déjà tombées ces quatre dernières années de 13 à 5 tonnes, en raison des contraintes sanitaires et vétérinaires américaines, selon le Comité interprofessionnel du foie gras (CIFOG).

Les conséquences sont en revanche plus sensibles pour les producteurs locaux et canadiens, comme l'Association des Eleveurs de Canards et d'Oies du Québec, l'un des plaignants dans ce procès.

(ats/nxp)

Créé: 20.09.2012, 07h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.