Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 08:38

Vie privée Gare aux photos d’enfant sur Facebook

À 18 ans, elle porte plainte contre ses parents pour plus de 500 photos d'elle publiées sans sa permission. Ce fait rappelle la question du droit à l'image des enfants. Conseils pratiques.

Image: montage @keepcalm-o-matic.co.uk

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vendredi 16 septembre, Le Matin recevait une douzaine de lecteurs dans le cadre du Festival de la Formation pour un atelier sur la création de contenu web. Ensemble, nous avons travaillé sur ce fait divers d'une jeune autrichienne qui attaque ses parents en justice pour des photos d'elle sur Facebook et imaginé comment l'enrichir et l'adapter à un lectorat romand. Voici le résultat de cet exercice.

Pendant des années, des parents autrichiens ont partagé des photos de leur fille à leurs nombreux amis sur Facebook. En dépit de ses demandes répétées, ils n'ont jamais voulu les supprimer, estimant que les images leur appartenaient. Dès qu'elle a eu 18 ans, la jeune femme a décidé de les attaquer pour violation de la vie privée. «Ils ne connaissent ni la honte, ni les limites, et s'en fichent si c'est une photo de moi assise aux toilettes ou nue dans mon berceau, toute ma vie a été photographiée et rendue publique», explique-t-elle au journal autrichien «The Local». Son père est convaincu qu'en ayant pris les photos, il en détient tous les droits. Un argument réfuté par l'avocat de la jeune femme. Le procès aura lieu en novembre et pourrait alors faire jurisprudence.

Et chez nous, que dit la loi?

Si la loi autrichienne est souple sur ces questions d'atteinte à la vie privée sur Facebook, en Suisse les choses sont claires. «En droit suisse, le droit à l’image est un droit de la personnalité, soit un droit absolu, protégé par l’article 28 du code civil. Si chacun est libre d’autoriser l’usage de son image, il peut également l’interdire et agir contre celui qui attenterait à son droit d’une manière illicite.» explique le site jeunesetmedias.ch. On ne peut donc pas photographier quelqu'un sans accord, à moins d'un intérêt privé ou public prépondérant ou justifié par la loi.

Conseils aux parents

  • Pour éviter tout problème, l’idéal est bien sûr de ne publier aucune photo de vos enfants sur les réseaux sociaux.
  • Maintenant si vous le faites, sachez que vous pouvez déjà restreindre leur visibilité en les publiant dans un groupe privé, ou à l'adresse d'une liste d'amis proches, ce qui évitera les partages et leurs présences sur des moteurs de recherche.
  • Si vos enfants sont en âge de comprendre ce que cela implique, discutez-en avec eux en leur montrant la photo et en leur demandant leur accord avant de la publier.
  • Évitez de les taguer.
  • Supprimez les images s'ils vous le demandent par la suite.

Comment effacer ses données définitivement sur Internet et Facebook

  • Le site JustDeleteMe permet de passer en revue chacun des sites sur lesquels vous avez un compte et de trouver les liens utiles ou les informations pour le supprimer.
  • Pour supprimer des photos de vous prises par d'autres, rendez-vous sur l'onglet «Photos», puis «Photos de vous», et supprimez ensuite les identifications qui vous gênent
  • Le lien pour supprimer complètement un compte Facebook

Sources :

Pour rire, une petite vidéo sur le thème des photo de bébés qu'on aime (trop) partager (Le Matin)

Créé: 20.09.2016, 14h46

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters