Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:26

France Incidents lors d'un défilé anti-mariage gay à Paris

Des milliers de manifestants ont de nouveau défilé vendredi soir près de l'Assemblée nationale à Paris contre le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux homosexuels, et des incidents ont eu lieu.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La manifestation, qui a commencé quelques heures après la fin de l'examen parlementaire du texte, a rassemblé quelque 2500 personnes selon la police et 7000 selon les organisateurs. Elle était totalement terminée vers 1 heure samedi.

Comme chaque soir depuis mardi, les manifestants, munis de sifflets et de drapeaux, sont partis au son d'une musique tonitruante de la station de métro Sèvres-Babylone, dans le centre de Paris, pour se rendre sur l'esplanade des Invalides, près de l'Assemblée, la chambre basse du Parlement.

Le défilé est arrivé sur place sans incidents vers 21h30.

Les manifestants scandaient notamment "Hollande, la grande armée est là, entends-nous!", à l'intention du président François Hollande, et "Nous ne lâcherons rien!".

"Les Français ne veulent pas de ce texte. C'est sacrilège de toucher à la famille", déclarait dans le cortège Ségolène, une manifestante venue avec ses deux enfants.

Les manifestants ont été invités à se prendre la main en "signe de paix" pour chanter l'hymne national français, "La Marseillaise".

Fauteurs de troubles

L'appel à la dispersion a été lancé peu avant 22h00, heure de fin de la manifestation fixée par la préfecture de police, mais 200 à 300 manifestants étaient restés sur place malgré la pluie.

Alors que le service d'ordre de la manifestation avait quitté les lieux, une cinquantaine de personnes, certaines masquées, faisaient face aux CRS (policiers), les provoquant, hurlant "CRS en banlieue" ou "Dictature socialiste" et leur lançant de nombreux projectiles (bouteilles, fumigènes...).

Les CRS ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène et au moins un homme a été interpellé.

Les fauteurs de troubles ont finalement quitté les lieux vers minuit, suivis par le gros des récalcitrants vers 00h30 lorsque la police leur a demandé de partir. Les CRS et gendarmes mobiles ont ensuite encerclé petit à petit la dernière cinquantaine de manifestants toujours sur place, pour finalement les pousser dans une station de métro.

Les manifestations de mardi, mercredi et jeudi avaient déjà été marquées par des incidents au cours desquels des dizaines de personnes avaient été interpellées.

Le texte, qui fera de la France le 14e pays au monde à ouvrir le mariage aux homosexuels, doit être voté mardi par l'Assemblée.

Les opposants ont prévu d'être de nouveau dans la rue dimanche. (afp/nxp)

Créé: 20.04.2013, 09h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.