Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:40

Russie L'infirmière avait trop chaud: l'hôpital la sanctionne

Pensant que sa combinaison anticoronavirus était moins transparente, elle n'avait mis qu'un bikini. La direction n'a pas apprécié. Les malades, si.

Aucun patient de la chambre ne s'est plaint, a dit celui qui a pris la photo.

Aucun patient de la chambre ne s'est plaint, a dit celui qui a pris la photo. Image: Newstula

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La photo est devenue virale sur les réseaux sociaux russes. On y voit une infirmière, pour le moins sexy, très peu vêtue sous sa combinaison censée la protéger du coronavirus. C'est un patient de l'hôpital de Toulo, à 160 km au sud de Moscou, qui a pris ce cliché, précisant qu'aucun de ses compagnons de chambre ne s'était plaint de sa tenue, écrit le «Daily Mail» qui reprend la presse russe.

Mais la direction de l'hôpital a nettement moins apprécié et a sanctionné l'infirmière pour «non-respect des exigences relatives aux vêtements médicaux». En précisant que la jeune femme d'une vingtaine d'années n'était pas en sous-vêtements, mais en bikini, ce qui ne changeait d'ailleurs rien à la sanction.

L'infirmière, elle, a expliqué que porter son uniforme sous la combinaison était difficilement supportable en raison de la chaleur. Mais elle a ajouté ne pas avoir réalisé à quel point sa combinaison était transparente. Elle est aujourd'hui très stressée et craint de perdre son emploi.

Ils volent à son secours

Mais sur les réseaux sociaux, les commentaires étaient nettement en faveur de l'infirmière: «Il faut au contraire lui donner une prime: tous les hommes ont rajeuni de 10 ans dans l'hôpital et oublié pourquoi ils étaient là», peut-on lire sur Newstula. «Ces gens aident et risquent leur vie et pour cela, personne ne dit merci! Mais quand il s'agit de la réprimander, on le fait tout de suite», s'indigne un autre internaute.

Le cheffe de la Société des médecins, le Dr Anastasia Vasilyeva, a dit qu'elle la soutiendrait si elle en avait besoin. Car selon elle, le problème n'est pas qu'elle porte un bikini, mais que sa combinaison soit transparente. «Une combinaison anti-microbes ne l'est jamais», précise-t-elle, ajoutant que ce n'est pas de la faute de l'infirmière si l'hôpital n'a pas le bon matériel.

Michel Pralong

Créé: 21.05.2020, 14h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.