Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 23:51

Dehli Insultées, des Indiennes lancent le festin de la menstruation

Un religieux qui a déclaré qu'une femme qui cuisine lorsqu'elle a ses règles se réincarnera en chienne, déclenche un mouvement de révolte.

Les participantes portaient un tablier: «Je suis une femme fière qui ses règles».

Les participantes portaient un tablier: «Je suis une femme fière qui ses règles». Image: Twiiter/ANI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En Inde, le conservatisme religieux est encore bien ancré et de nombreuses restrictions visent toujours les femmes qui ont leurs règles. On les considère alors comme des êtres impurs. Elles n'ont pas le droit d'entrer dans les temples ou toucher d'autres personnes. Une discrimination qui est la cause d'une récente scène d'humiliation qui s'est déroulée dans la ville de Buhj, au nord-est du pays. Dans une école gérée par une secte religieuse, 68 élèves filles ont été forcées, le 11 février dernier, de retirer leurs sous-vêtements afin de vérifier qu'elles n'avaient pas leur règles avant d'aller manger à la cantine. L'incident a fait grand bruit et le directeur a été arrêté.

Mais la secte n'en est pas restée là. L'un de ses prêtres a ensuite tenu un sermon dans lequel il a déclaré, selon «The Hindu» que les femmes qui cuisinent lorsqu'elles ont leurs règles se réincarneront en chienne dans leur prochaine vie et que les hommes qui mangent leur nourriture renaîtront en boeuf. «Je me fiche que vous n'aimiez pas ce que je dis, mais c'est écrit dans nos shastras» (préceptes), a-t-il tenu à préciser.

«Qui fera à manger quand j'ai mes règles?»

Révoltées par ces sempiternelles brimades, près d'une trentaine de femmes menstruées se sont réunies dimanche dernier dans un quartier résidentiel de Dehli pour préparer un grand festin lors de ce qu'elles ont appelé la «fête de la menstruation». 300 personnes sont venues goûter à leurs préparations, dont le vice-ministre de la ville. Mobilisées via des groupes WhatsApp, les cuisinières portaient toutes un tablier sur lequel était écrit «Je suis une femme fière qui a ses règles».

«Est-ce qu'un gourou fera à manger pour mes enfants si je n'entre pas dans la cuisine pendant cinq jours par mois?», a déclaré l'une des participantes dont les propos ont été relatés par «The Lily». Une autre a expliqué que, lorsqu'elle visite le village de sa belle-famille, on lui dit de s'asseoir hors de leur maison lorsqu'elle a ses règles. Nous ne voulons plus encourager ces mythes et ces tabous, a rétorqué une membre de l'ONG Sachhi Saheli qui a financé cette fête.

Les femmes qui ont leurs règles ne soufrent pas seulement d'exclusion, en Inde. Sur les 355 millions qui sont en âge d'avoir leur menstruation, 42% seulement ont accès des serviettes hygiéniques et 23 millions de filles abandonnent l'école en raison du manque de mesures d'hygiène appropriées lorsqu'elles ont leurs règles.

Réactions mordantes

À noter que les propos du chef religieux ont également provoqué une réaction sur les réseaux sociaux, où des adorables photos de chiens ont circulé avec des commentaires du genre: «Voici Maggie. Dans sa précédente vie, elle cuisinait pour son mari alors qu'elle avait ses règles. Aujourd'hui réincarnée, elle adore dormir et jouer pendant que d'autres cuisinent pour elle. Soyez comme Maggie!», raconte le site IForHer.

Michel Pralong

Créé: 28.02.2020, 11h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.