Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 12:41

Alerte libido Les Italiens boudent le sexe

La crise sape le désir du latin lover. Des urgences médicales pour les couples vont tenter d’enrayer cette «épidémie».

Image: laflor/Gettyimages

La crise affecte-t-elle votre libido?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La crise fait une nouvelle victime: le plaisir des couples. Etranglés par les soucis d’argent, les descendants de Casanova n’ont plus de goût à «la chose», c’est-à-dire le sexe. Pour preuve, le rapport publié par la Société italienne d’urologie (SIU) et l’Association des gynécologues hospitaliers italiens (AOGOI).

Le verdict des spécialistes est sans appel: officiellement, plus de 16 millions de transalpins ont des difficultés côté sexualité. «Les dysfonctionnements sexuels sont de plus en plus fréquents, constate Vincenzo Mirone, secrétaire général de la SIU. La crise économique remet en question le pouvoir du mâle au sein du couple. Sans parler des modèles sexuels faciles véhiculés par les publicités pornos soft qui réduisent le désir et mine les capacités sexuelles, notamment chez les hommes.»

Alors que faire pour combattre ce que les experts n’hésitent pas à qualifier de «véritable épidémie»?

Ouvrir des départements de santé sexuelle du couple, estiment les urologues et les gynécologues. L’idée a séduit la ministre de la Santé Beatrice Lorenzin qui a annoncé la mise en place d’«urgences couples». Basés sur le principe des urgences médicales classiques, ces centres seront ouverts dans les hôpitaux publics italiens. Pour des raisons économiques, «les gynécologues et les urologues partageront leurs cabinets pour recevoir les patients», explique Vincenzo Mirone.

Tarif pour couples

Le coup d’envoi de ces urgences du sexe, couplées avec les services d’urologie et de gynécologie, sera donné à Naples ce mois-ci. Et c’est une première en Europe. Trois autres services seront inaugurés à Rome, à Milan et à Palerme avant la fin de l’année.

Et pour inciter les Italiens à frapper aux portes des urgences du sexe, Beatrice Lorenzin a annoncé la mise en place d’un tarif pour couples. Cela veut dire que les deux partenaires ne paient qu’un seul ticket modérateur par visite, dont le montant varie de 10 à 25 euros selon les grilles appliquées par les régions. Les visites seront gratuites pour les assurés aux revenus annuels insuffisants.

Reste à voir si la société italienne profondément macho, les hommes accepteront de parler de soucis d’érection, d’éjaculation précoce et d’absence de désir. Les Italiennes plus volubiles évoqueront sûrement plus facilement leur manque d’orgasme (qui concerne 4 millions d’Italiennes), de vaginisme (un million) ou de manque de désir (deux millions et demi). En attendant, le Ministère de la santé a déjà lancé une campagne publicitaire pour sensibiliser sur les problèmes d’éjaculation précoce. Un ballon d’essai qui pourrait peut-être inciter les couples à s’adresser à ces urgences d’un nouveau type… avant de prendre rendez-vous chez l’avocat. (Le Matin)

Créé: 07.08.2013, 07h10


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.