Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 19:38

Maltraitance L214 s'attaque aux poulets gavés d'antibiotiques

L'association de protection animale vient de sortir une nouvelle enquête visant la communication mensongère du volailler «Maître Coq».


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'association de protection animale française L214 vient de sortir une nouvelle enquête visant la communication mensongère du volailler «Maître Coq». La vidéo de l'association de protection animale montre l'élevage industriel de poulets qui reçoivent de manière systématique et préventive des antibiotiques.

Obèses, les pauvres bêtes ne tiennent plus debout pour atteindre l'abreuvoir. Elles connaissent de sérieux problèmes respiratoires causés par l'ammoniac dégagé par leurs déjections non ramassées. Pourtant, le site de la marque française «Maître Coq» – alimentée par cet élevage de Saint-Fulgent en Vendée – assure que «l'animal et son bien-être sont le cœur du métier de volailler». Il est également prétendu que «les éleveurs rendent visite aux volailles plusieurs fois par jour et recourent aux antibiotiques seulement en cas de force majeure (...) après un diagnostic vétérinaire approfondi qui permet de cibler le traitement en lien avec l’agent infectieux identifié».

Mais la réalité est toute autre. Attention à la dureté des images.

Créé: 13.06.2018, 10h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.