Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:20

Interview «La virilité a toujours été en crise»

Alors qu’un harceleur suisse fait scandale dans le monde entier, Georges Vigarello, historien et chercheur, donne sa vision des rapports de séduction.

«Le terme «séduction» est intéressant car, au départ, il supposait une asymétrie», explique l'historien.

«Le terme «séduction» est intéressant car, au départ, il supposait une asymétrie», explique l'historien. Image: Sipa

La virilité est-elle en voie d'extinction?

L'édito de Cléa Favre

Entre une bière et une manucure, pourquoi choisir?

Un homme, un vrai, qu’est-ce que cela signifie? Alors que les poils dans le dos et les oreilles ne sont plus le signe d’une virilité incontestable – désolée pour les concernés –, qu’est-ce qu’un homme? Evidemment, il y a des évidences physiologiques. Mais peu au final. L’attirail apparent pénis-testicules paraît insuffisant à forger un caractère, à souder tout un groupe, à guider des attitudes, à orienter une existence.
La question se pose pourtant avec acuité pour un grand nombre qui s’avoue perdu. Sous le feu d’injonctions contradictoires. Il faudrait être musclé et sensible, poète et mécanicien, bon communicant et ténébreux, gentil et susciter le frisson. D’où les «on ne sait plus sur quel pied danser».

Si la virilité a constamment évolué au cours de l’histoire, elle est peut-être aujourd’hui enfin vouée à disparaître. Et c’est tant mieux. Toutes les questions qui planent autour d’elle, toutes les incertitudes sont en réalité positives. Cette page blanche est à vivre comme une libération où chacun peut écrire sa propre réponse. Etre lui-même sans s’occuper des cases. Sans avoir peur de faire un faux pas qui le rangera à vie dans la catégorie «gay» ou «efféminé».

Oui, l’évolution de la place des femmesdans la société a des conséquences non négligeables sur ceux qui régnaient jusqu’ici sans partage. Par effet de dominos, elle entraîne l’affranchissement des hommes piégés, eux aussi, dans des clichés. Alors ne cherchons pas à sauver la virilité qui distille le doute et met la pression en permanence. Si vous voulez, messieurs, opter pour une manucure plutôt que vous faire tatouer, allonger le sexe ou vider une cannette de bière, grand bien vous fasse. Du moment que ça vous plaît à vous.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des poils? De la force? Du courage? Qu’est-ce que la virilité aujourd’hui? De passage ce soir à Genève pour une conférence sur ce thème, George Vigarello, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris, estime que les «Julien Blanc» sont des réactionnaires.

Que vous inspire la polémique autour de Julien Blanc, ce Suisse qui s’est attiré les foudres de la planète pour ses conseils très agressifs en matière de drague?

Je ne connais pas ce cas précis. Mais les conseils visant à séduire et avoir des rapports sexuels le plus vite possible sont très présents sur Internet. Les relations hommes-femmes ont profondément changé. Dépassés par cette évolution, certains restent sur un positionnement traditionnel, réactionnaire et continuent à privilégier la domination sur les femmes.

Y a-t-il eu des «Julien Blanc» dans l’histoire?

Les journaux intimes ou les lettres montrent une tradition de conseils. Je pense à un passage du journal de Stendhal des années 1820 où il explique que si vous tordez le bras d’une femme de telle façon au-dessus de sa nuque, vous la contrôlez totalement.

Les rapports de séduction ont changé. Certains hommes disent ne plus savoir comment se comporter…

C’est un discours nostalgique qui est aussi celui de l’incertitude. Quand un homme est élevé dans la domination et que cette domination disparaît, il perd ses repères. Le terme «séduction» est d’ailleurs intéressant car, au départ, il supposait une asymétrie, une domination.

Qu’est-ce qui a succédé à ce que vous appelez le «courtisanat»?

C’est le principe d’un échange sur un mode égalitaire. Chacun est dans une position identique. On peut imaginer que la femme tente de séduire un homme et inversement. Cette symétrie est un changement fondamental. L’homme peut par exemple s’intéresser à lui-même comme un objet porteur de beauté. La force peut être revendiquée par une femme. Toutes les qualités se partagent.

Alors que veut dire être un homme aujourd’hui?

Tout repère physiologique n’a pas disparu! Mais la différence reste relativement pauvre et a gagné en incertitude. Il y a à l’heure actuelle mille façons d’être un homme et mille façons d’être une femme.

Dans votre livre, vous montrez que, finalement, la virilité a toujours été en crise…

Oui, elle a toujours été contestée. Mais traditionnellement, cette crise était le fruit d’une rivalité entre hommes (entre générations, entre rivaux). Aujourd’hui, c’est à cause d’une rivalité entre hommes et femmes.

Les consultations masculines chez le sexologue augmentent, tout comme le recours au Viagra. Pour quelles raisons?

D’une part, l’homme a aujourd’hui le sentiment qu’il dialogue avec un être à part entière, et non dominé. D’autre part, le Viagra n’est pas nécessairement le symptôme du mal-être masculin. Il s’agit de la revendication pour les hommes et les femmes d’assumer leur propre plaisir. Et ce, le plus longtemps possible.

A votre avis, à quoi ressemblera la virilité à l’avenir?

Je suis convaincu que le mot soit va disparaître – car l’exercice d’une domination n’a plus de sens – soit sera partagé et pourra être utilisé indifféremment pour un homme ou une femme.

Créé: 20.11.2014, 07h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.