Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 19:27

Loi Le Massachusetts veut faire interdire l'insulte «bitch»

Un député démocrate propose de punir d'une amende ou de prison celui qui traite quelqu'un de «salope».

La personne insultée ou des témoins d'une telle scène pourraient dénoncer le coupable aux autorités, selon le projet  de loi.

La personne insultée ou des témoins d'une telle scène pourraient dénoncer le coupable aux autorités, selon le projet de loi. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un député démocrate de Boston, Dan Hunt, a présenté un projet de loi dans l'État du Massachusetts (USA) visant à pénaliser l'utilisation du mot «bitch» («salope»). Une personne qui utilise ce mot à l'adresse d'une autre personne pour l'aborder, l'agresser, l'injurier ou la dégrader serait ainsi passible d'une amende de 150 à 200 dollars ou d'une peine de prison de 6 mois maximum, selon Boston.com.

L'auteur de cette infraction peut, selon le projet de loi, être dénoncé soit par la personne insultée, soit par des témoins. Le Comité de la magistrature doit examiner ce texte cette semaine, mais cette proposition est déjà moquée par le camp adverse. «Le parti démocrate s'attaque bravement aux plus gros problèmes qui menacent le Commonwealth», a écrit ironiquement sur Twitter le parti républicain de l'État. Qui voit là une atteinte à la liberté d'expression.

Michel Pralong

Créé: 23.10.2019, 16h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.