Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 05:32

France Pernod Ricard accusé de pousser ses employés à picoler

Trois vendeurs de l’entreprise célèbre pour son pastis dénoncent une «pression permanente» pour boire au travail.

«On picolait tellement, j’en étais à douze pastis par jour», témoigne un ancien employé de Pernod Ricard dans «Le Parisien».

«On picolait tellement, j’en étais à douze pastis par jour», témoigne un ancien employé de Pernod Ricard dans «Le Parisien». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des employés de Pernod Ricard sont-ils poussés à boire jusqu’à devenir malades et alcooliques? Absolument, dénoncent trois employés de l’entreprise dans les colonnes du «Parisien». Mensonger, rétorque la société.

Où est la vérité? Le quotidien français publie en tout cas ce lundi trois témoignages saisissants. Dont celui d’Amélie, une commerciale toujours en poste. Elle évoque des «rituels»: un pastis servi par des collègues à midi. Un autre en fin de journée. Idem avec les clients rencontrés. «C’est la culture de l’entreprise, si on dit non, on est mal vu», note-t-elle.

«Dans trois ans, vous êtes morte»

Elle est devenue alcoolique. «Un verre, deux, une bouteille, jusqu’à ce jour où elle se casse la figure dans l’école de son enfant», écrit «Le Parisien». C’est l’électrochoc. «Si vous continuez comme ça, dans trois ans, vous êtes morte», lui dit son médecin.

Elle effectue une cure de désintoxication. Puis revient à son poste. «Tu prends un Ricard? Allez fait pas chier, t’es pas chez Perrier ici!», lui aurait alors lancé son supérieur… Amélie est aujourd’hui en arrêt maladie et s’apprête à saisir les prud’hommes.

«Douze pastis par jour»

Les deux autres témoignages, de deux commerciaux qui ont respectivement passé seize et vingt ans chez Pernod Ricard, sont du même acabit. Le premier évoque «les pastis, avalés par dizaines en feria». Il tenait, dit-il, en avalant des boissons énergétiques et de la caféine.

«On picolait tellement, j’en étais à douze pastis par jour», affirme le dernier. Qui avance que jamais sa hiérarchie ne l’a freiné. «Au contraire, si je refusais un verre, mon chef me disait: t’aimes pas les produits que tu vends?»

«Aucune directive ni incitation»

«Tous nos collaborateurs, j’en suis certain, pourraient vous apporter des témoignages radicalement différents. On n’a rien à cacher. Je vous réaffirme que pour l’ensemble du groupe, 19 000 personnes à travers le monde, on applique une tolérance zéro. Il n’y a pas de culture de l’alcool, ni aucune directive, ni incitation, sous aucune forme, à consommer», dément dans le quotidien Emmanuel Vouin, responsable presse du groupe Pernod Ricard.

Directeur de la communication de la société Ricard, Bruno Goimier ajoute que «tous les collaborateurs ont signé une charte de comportement responsable. Il est écrit, «au quotidien, ne pas se créer d’obligation de consommation de boisson alcoolisée».

Qui dit vrai? Existe-t-il vraiment une «pression permanente» qui pousse à boire chez Pernod Ricard? Un premier élément de réponse tombera probablement dans quelques jours. Car le second témoin a affronté, en septembre, son ancien employeur devant les prud’hommes. La décision sera rendue à la fin du mois de novembre, explique «Le Parisien».

R.M.

Créé: 18.11.2019, 17h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.