Vendredi 18 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:01

Web La prostitution se répand sur les apps de rencontres

Les applications de rencontres sont devenues une plateforme privilégiée l'organisation de relations sexuelles tarifées.

De plus en plus de relations sexuelles rémunérées s'organisent via des apps pour téléphone portable (Photo d'illustration).

De plus en plus de relations sexuelles rémunérées s'organisent via des apps pour téléphone portable (Photo d'illustration). Image: iStock/Montage: LM

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si elle y est souvent moins visible que dans la rue, la prostitution occupe néanmoins une place importante sur le web, en particulier sur différentes applications de rencontres pour mobile telles que Tinder ou encore Grindr. Et le phénomène prend de l'ampleur. C'est du moins un des constats formulés dans un rapport mondial récemment publié par la Fondation Scelles, organisation française qui lutte contre la prostitution et l'exploitation sexuelle.

Le rapport rend compte des résultats d'une analyse faite dans 35 pays à travers le monde. Parmi les principales observations: la «prostitution 2.0», via les apps de rencontres notamment, devient de plus en plus répandue. Parmi les explications possibles: le sentiment d'anonymat accru - et donc de sécurité - dont jouissent les prestataires de relations tarifées.

Cependant, il reste difficile de chiffrer précisément la prostitution sur internet du fait de son manque de visibilité, nuancent certains experts. De plus, elle est parfois irrégulière et discontinue, certaines personnes préférant utiliser les applications de rencontres pour s'y adonner de façon sporadique.

«De l'argent hyper facile»

Parfois, des prestataires témoignent, le plus souvent sous couvert de l'anonymat. Dans un article publié sur Slate, on peut notamment lire l'histoire de Vénus, femme transgenre qui s'est prostituée pour la première fois à 16 ans.

Ou encore celle de Tom, jeune homme de 25 ans qui raconte comment il en est venu à avoir des relations tarifées régulières avec un partenaire rencontré sur une application de rencontres gays: «Régulièrement, si je ne répondais pas à un mec, il me disait: «je paye.» J'ai dû le faire cinq fois, c'est de l'argent hyper facile.»

Il semble donc que la prostitution en ligne ait de beaux jours devant elle. Car contrairement à la prostitution de rue, le client sur internet peut très facilement choisir la personne qu'il souhaite rémunérer en échange d'une relation, que ce soit en fonction de son apparence physique ou des services qu'elles propose, le tout étant le plus souvent affiché clairement sur l'app.

Mais cela amène aussi une concurrence extrêmement féroce entre travailleurs et travailleuses du sexe: il faut mettre en valeur son annonce, se démarquer à tout prix des autres.

Créé: 17.06.2019, 06h46


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.