Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 18:00

Chine Pyjamas en public: une ville cloue ses citoyens au mur

À Suzhou, les autorités ont exposé l'identité de certains de leurs citoyens sur internet en raison de leur «comportement non civilisé». Le but: les humilier.

Les images étaient accompagnées d'informations personnelles des habitants en pyjamas.

Les images étaient accompagnées d'informations personnelles des habitants en pyjamas. Image: Capture Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la ville chinoise de Suzhou, on ne rigole pas avec ce que l'on porte dans les rues. En effet, comme le rapporte la BBC, les autorités locales ont pris une mesure plutôt drastique pour que leurs citoyens surveille mieux leur habillement en public.

Lundi dernier, les photos de sept habitants ont ainsi été dévoilées sur internet. Prises par des caméras de surveillance, les images étaient notamment accompagnées des cartes d'identité de ces derniers ainsi que d'autres informations personnelles. Le méfait commis par ces personnes pour être ainsi clouées sur ce mur de la honte? Elles portaient un pyjama en public, un geste qualifié par les autorités de «comportement non civilisé».

Pour expliquer cette sanction des plus étonnantes, la Ville a précisé qu'elle participait à un concours national de «villes civilisées», et que les citoyens se devait donc d'être exemplaires pour l'occasion.

Polémique

À noter que d'autres comportements étaient également visés, comme le fait de distribuer des flyers dans les rues ou de se coucher sur un banc public. Il ne s'agirait d'ailleurs pas de la première initiative de ce genre entreprise par les autorités de Suzhou puisque selon la BBC, ces dernières auraient déjà appelé la population à dénoncer ces comportements l'an dernier, moyennant finance.

Mais cette nouvelle tentative a été très mal accueillie par les habitants, suscitant la colère de nombre d'entre eux. Sur internet, certains ont ainsi martelé qu'il n'y avait aucun mal à porter un pyjama en public, tandis que d'autres ont fustigé les autorités pour avoir porté atteinte à la sphère privée .

Suite à cette vague d'indignation, la Ville a fait son mea-culpa et présenté ses excuses: «Nous voulions mettre un terme aux comportements non civilisés, mais nous devons bien entendu protéger la vie privée des habitants», a-t-elle précisé.

170 millions de caméras

Afin d'identifier leurs contrevenants en pyjama, les autorités de Suzhou ont eu recours aux caméras de reconnaissance faciale qui pullulent dans les rues de la ville. Un dispositif de surveillance en vogue dans toute la Chine.

Selon la BBC, on comptait ainsi près de 170 millions de caméras de ce type dans le pays en 2018, et on devrait en dénombrer quelque 400 millions d'ici fin 2020. Outre le fait de sanctionner le port de pyjama, elles sont notamment utilisées pour traquer les criminels en fuite ou encore pour empêcher la triche lors de manifestations sportives.

Jonathan Zalts

Créé: 23.01.2020, 17h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.