Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 17:43

QI Sommes-nous plus bêtes que nos aïeux?

Des chercheurs attribuent la baisse du QI chez les générations nées après 1975 à notre environnement culturel.

Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'étude, publiée dans la revue américaine PNAS, s'est penchée sur les performances intellectuelles des jeunes Norvégiens nés entre 1962 et 1991 et testés à l'occasion de la conscription. Les deux auteurs, les économistes Bernt Bratsberg et Ole Rogeberg (Frisch Centre d'Oslo), ont cherché les causes de «l'effet Flynn».

Mis en évidence par le chercheur en psychologie James Flynn, il montre que la tendance à la hausse de l'intelligence tout au long de l'histoire de l'humanité s'est arrêtée à notre époque, voire qu'une tendance à la baisse s'est amorcée.

L'intérêt de l'étude norvégienne est de comparer entre eux les QI de frères, donc de personnes issues d'un milieu social strictement identique, et aux gènes proches. Chez ces frères, le QI s'est élevé de 0,20 point par an entre la cohorte née en 1962 et celle née en 1975. Puis il a baissé de 0,33 point par an entre celle née en 1975 et celle née en 1991.

«Déclin des valeurs éducationnelles»

La baisse de l'intelligence ne doit rien ni aux gènes ni à la sociologie, d'après les économistes. «Si de tels facteurs peuvent être présents, leur influence est négligeable comparée à d'autres facteurs environnementaux», ont-ils affirmé.

Comme facteurs non sociologiques, non génétiques, ils retiennent le «déclin des valeurs éducationnelles», «dégradation des systèmes éducatifs et scolaires», «télévision et médias», «dégradation de l'éducation au sein des familles», «dégradation de la nutrition» et «dégradation de la santé».

L'arrivée d'enfants immigrés, venus de pays aux systèmes scolaires moins performants, une autre hypothèse, est écartée puisqu'ils ne sont pas inclus dans l'étude. Mais les auteurs ne tranchent pas entre ces diverses hypothèses possibles.

«Même si nos résultats soutiennent l'affirmation selon laquelle les principaux facteurs des effets Flynn sont environnementaux et varient entre les familles, nous ne sommes pas en mesure d'identifier la structure causale des effets environnementaux sous-jacents».

Créé: 14.06.2018, 14h52

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.