Dimanche 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour 12:00

Troublant Les tops models qui n’existent pas cartonnent

Les nouvelles venues Margot et Zhi en sont la preuve: la mode mise toujours plus sur les mannequins virtuels.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Kendall Jenner, Kim Kardashian, Rihanna? Au placard. Pour sa nouvelle campagne, Balmain mise sur la top model Shudu Gram et deux nouvelles venues nommées Margot et Zhi. La première est «la femme française de mes rêves d’enfant», a expliqué le styliste vedette et directeur artistique de Balmain Olivier Rousteing. La seconde? «Une beauté chinoise avec une coupe de cheveux très courte». Autre petite particularité, tout de même: Margot et Zhi n’existent pas. Ce sont des mannequins créés de toutes pièces et générés par ordinateur.

Présentée comme le premier «top model numérique» au monde, Shudu Gram est, elle, déjà une star. Elle a été soutenue par Fenty, la marque de Rihanna, et peut se targuer d’avoir près de 145 000 abonnés sur Instagram. Chacune des images qu’elle publie est avidement commentée et partagée. Et Shudu n’a rien de réel non plus: elle est née de l’imagination du photographe anglais Cameron-James Wilson.

Des modèles corvéables à merci

Des mannequins qui n’ont pas de prétention salariale, acceptent toutes les propositions, ne rechignent pas à travailler jour et nuit ou ne sont jamais malades: on voit bien l’intérêt de ces créatures virtuelles. En tout cas pour des campagnes d’image ou sur les réseaux sociaux: elles ne peuvent pour l’instant pas défiler sur des podiums.

Il existe d'ailleurs quelques précédents comparables. Personnage du jeu vidéo Final Fantasy, Lightning avait par exemple été l’égérie de Louis Vuitton pour sa campagne printemps-été 2016.

D’autres exemples sont plus troublants encore, à l’image de Miquela Sousa. Cette Brésilienne de 19 ans vivant à Los Angeles a commencé à afficher ses jolies taches de rousseur il y a deux ans. Après quelques mois de mystère, la vérité a été révélée: elle n’est pas de chair et de sang non plus et a été créée par une start-up californienne.

L'avatar qui donne des interviews

Ce qui n’empêche pas Miquela Sousa de militer, d’étaler ses humeurs, de chanter ou même de donner des interviews… Présentée comme un «robot sensible», elle est devenue une influenceuse qui pèse et a conquis la mode. Elle porte du Diesel, Chanel ou Calvin Klein ou collabore avec la créatrice Miuccia Prada pour promouvoir ses défilés. 1,4 million de personnes la suivent sur Instagram!

Ces belles virtuelles sont-elles l’avenir de la mode? En mars dernier, Shudu Gram avait en tout cas engendré une belle polémique sur les réseaux sociaux. «Un photographe blanc a trouvé le moyen de tirer profit des femmes noires sans jamais avoir à en payer une», pestait-on alors. Mais ces critiques n’ont manifestement pas refroidi Balmain. (Le Matin)

Créé: 11.09.2018, 08h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters