Mercredi 19 septembre 2018 | Dernière mise à jour 18:12

Étonnant La troisième cause de mortalité au boulot? Les meurtres

Selon des statistiques américaines, les meutres sont bien plus fréquents qu’on le pense dans le monde du travail. On y abat, poignarde ou étrangle ses collègues.

Le bureau n'est pas un endroit sûr, un passage à la photocopieuse peut être fatal... (Photo d'illustration)

Le bureau n'est pas un endroit sûr, un passage à la photocopieuse peut être fatal... (Photo d'illustration) Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voilà une information qui pourrait un brin plomber l’ambiance en open space. De quoi meurt-on au boulot? D’épuisement? D’arrêt cardiaque? Non: on décède tué par un collègue.

Aussi surprenant que ça puisse paraître, le meurtre est en effet la troisième cause de décès au travail, selon le«Bureau of Labor Statistics» du Département du Travail américain. Seules les chutes fatales et les accidents de la route sont plus meurtriers.

«Poignarder, couper, trancher, percer»

Comment tue-t-on ses collègues? En majorité en les abattant avec une arme à feu. Mais aussi avec une arme blanche – «stabbing, cutting, slashing, piercing», précisent les statistiques américaines, soit: «poignarder, couper, trancher, percer»… Suivent quelques cas de coups fatals et de strangulations.

Mais surtout, pourquoi buter un voisin de bureau? Il s'agit d’abord d'histoires d’amour ou de triangles amoureux qui finissent très mal. Suivent les conflits personnels avec un collègue. Puis une troisième cause, qui serait sous-estimée: les fraudes.

Les «crimes en col rouge»

«Imaginez un patron qui tue son assistant pour conserver un système de Ponzi à flot ou un comptable malhonnête qui empoisonne un auditeur particulièrement minutieux», détaille The Atlantic. Acculé, l’escroc tue alors pour ne pas être démasqué.

Ce dernier type de meurtre a été qualifié de «red collar crime» par l’avocat américain Frank S. Perri. Avec les crimes en col blanc, on en reste aux malversations financières. Pour les crimes en col rouge, l’histoire se termine dans le sang. (Le Matin)

Créé: 12.09.2018, 11h11


Sondage

Nettoyez-vous l'écran de votre smartphone?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne