Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 16:01

Belgique L’hallucinant dérapage sexiste d’une pub

Une marque de burgers s’attire des foudres très prévisibles suite à une campagne qui «s’amuse» de la violence conjugale.

Cette campagne a engendré un déluge d’indignations.

Cette campagne a engendré un déluge d’indignations.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais qu’est-ce qui leur est passé par la tête? Sur les réseaux sociaux, la marque belge Bicky Burger a publié une publicité sur laquelle on voit un homme cogner violemment une femme car elle lui a apporté «un faux Bicky»…

S’en est évidemment suivi un déluge de réactions outrées. «Lamentable», «scandaleux», «ignoble», pouvait-on lire. «Super, la promotion qui fait de la pub pour les violences conjugales», a ironisé un internaute. «Dans quel monde est-ce qu’une personne qui fracture la mâchoire d’une autre personne doit me donner envie de croquer dans votre paquet de gras?», s’est interrogé un autre. Et on vous épargne les flots d’insultes.

38 femmes tuées

Le monde politique s’en est également mêlé, à l’image de la vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard. «En Belgique en 2017, 38 femmes ont été tuées parce qu’elles étaient des femmes. En 2016, on a enregistré 18 000 plaintes pour violences conjugales en Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est un sujet grave qu’il est totalement irresponsable de banaliser», a-t-elle communiqué...

Face à ce déferlement, la firme s’est d’abord défendue mardi en fin de journée de manière assez surréaliste, comme l’a relaté «Le Soir». «Nous ne voulons absolument pas promouvoir la violence contre les femmes et nous désapprouvons fermement toute forme de violence. L’approche et le principe du post est que la vente de faux Bicky’s ne se fait pas non plus! Restez réaliste, gardez la paix et ne battez personne! On veut la paix dans le monde et le vrai bicky est au pouvoir!»

Appels au boycott

Puis ce texte comme la publicité ont été dépubliés: plus rien n’était visible ce mercredi matin.

Certains ont suspecté l’entreprise d’avoir sciemment voulu faire parler d’elle avec cette campagne. Si c’est le cas elle va peut-être s’en mordre les doigts. En Belgique, des anonymes comme des élus ont affiché leur ferme intention de ne plus jamais ingérer un seul de ses produits.

La publication originale, sur Facebook.

R.M.

Créé: 09.10.2019, 10h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.