Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 12:47

Hockey sur glace A 18h, GE Servette a vécu sa révolution

La terre a tremblé vendredi à Genève. Hugues Quennec a cédé ses actions et sa place à la Fondation 1890, également présente lors du sauvetage du SFC.

Infobox

Certains voulaient s'en aller

Et les joueurs dans tout ça? Selon certains bruits de couloir, certains éléments paniqués avaient déjà commencé à se chercher une nouvelle adresse malgré un contrat pour la saison prochaine. Une indiscrétion confirmée par plusieurs proches des différents dossiers. Preuve que l’air se faisait de plus en plus irrespirable aux Vernets. Mais hier après-midi, lorsqu’ils ont été informés du changement de propriétaire en primeur, les Aigles ont probablement dû voir l’avenir avec un rien plus de sérénité tant les reins de la Fondation 1890 sont solides pour assumer leur train de vie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Vendredi, aux alentours des Vernets, le service de presse «sportif» de GE Servette faisait dans la cachotterie d’avant-match. Pas forcément au courant des évolutions administratives, le préposé tentait de cacher la «grande nouvelle» de la soirée. Oui, Romain Chuard était de retour de Sion pour prendre une place au sein d’une défense décimée. Il était 17h56 et personne, dans le McSorley’s Pub ne s’attendait à ce qui allait suivre.

Quatre minutes après ces petits secrets (1m98, quand même), Hugues Quennec, par l’intermédiaire de son communicant institutionnel - quelle gabegie à ce niveau également... -, a lâché LA bombe: «J’ai démissionné aujourd’hui avec effet immédiat du Conseil d’administration du Genève-Servette Hockey Club.» Il était 18 heures pétantes et GE Servette venait de vivre une révolution majeure. Président depuis 2006, le Canado-suisse a annoncé avoir cédé l’intégralité de ses actions à la Fondation 1890, la même qui avait sauvé le Servette FC de la faillite après le passage de «HQ » en juin 2015.

«Problèmes de budget et de liquidité»

Après s’être longuement voilé la face, le président démissionnaire a admis l’urgence de la situation dans laquelle se trouvaient les Aigles. «Le club vit depuis ces deux dernières saisons une période difficile, due en grande partie à des problèmes de budget et de liquidités, a-t-il écrit. En tant que président du GSHC, il est de ma responsabilité d’assumer pleinement cette situation.» La Fondation 1890 - sur laquelle plane l’ombre de la Fondation Hans Wilsdorf (Rolex) - a promis de parer au plus pressé en assurant la pérennité à court et moyen terme du GSHC. A la tête du club, c’est désormais François Bellanger, membre du Conseil d’Administration, qui reprendra le siège vacant.

Selon nos informations, la solution locale qui s’est dessinée ces derniers jours n’est pas totalement sortie du jeu. Vendredi soir, les premières indications faisaient toutefois état d’une volonté de s’engager à long terme la part de la Fondation 1890. Les prochaines semaines permettront à tout ce petit monde de se mettre autour d’une table et d’évoquer l’avenir du GE Servette. Après des mois à ne parler que du passé, du présent et des factures en retard, évoquer le futur du GSHC est une nouveauté bienvenue.

Ah, au fait, Romain Chuard était bel et bien sur la feuille de match, vendredi soir. Mais dès 18h00, ce n’était plus LA nouvelle du jour. (nxp)

Créé: 26.01.2018, 21h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.