Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 14:12

Football 5 infos à retenir sur le dernier scandale de dopage

L’opération Viribus a permis de saisir près de 4 millions de substances et éclaboussé des sportifs partout à travers le monde.

Les Carabinieri italiens ont récemment fait une grosse saisie de produits dopants, sous la conduite d'Europol.

Les Carabinieri italiens ont récemment fait une grosse saisie de produits dopants, sous la conduite d'Europol. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


3,8 millions de substances saisies

L’opération appelée Viribus est la plus importante du monde en matière de dopage. Elle a été cordonnée par Europol (European Police Office) et menée par des policiers italiens. «Lorsque nous nous sommes rendu compte que le volume des transactions des produits dopants sur Internet augmentait, en octobre dernier, nous avons demandé à la police associée à Europol de travailler ensemble et en profondeur» a déclaré la police transalpine. L’opération a également été codirigée et financée par des policiers grecs. L’aboutissement de cette affaire a duré huit mois et a permis de démanteler de nombreux trafics de dopage et de médicaments contrefaits pour un total de 3,8 millions de substances saisies.


33 pays ont travaillé ensemble

Cette opération a été soutenue par 23 membres de l’Union européenne (Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, République Tchèque, Danemark, Finlande, France, Grèce, Grèce, Allemagne, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Espagne, Royaume-Uni). Dix autres pays non-membres de l’UE ont également collaboré : Albanie, Bosnie-Herzégovine, Colombie, Islande, Macédoine du Nord, Moldavie, Monténégro, Suisse, Ukraine et Etats-Unis. Grâce à ces 33 pays associés pour lutter contre le dopage, dix-sept groupes de criminels impliqués dans le trafic de médicaments et de production de substances interdites ont été arrêtés en Europe. Mais ce n’est pas tout : 234 suspects sont pris dans la tourmente et 839 cas judiciaires ont été ouverts.


Neuf laboratoires clandestins désorganisés

Un des principaux objectifs était de mettre la main sur les laboratoires clandestins existants. Ce sont des groupes hors-la-loi organisés qui se procurent et produisent illégalement des substances dopantes ou des médicaments. Peu de connaissances et de ressources leur suffisent puisque des modes d’emploi sont présents sur internet: en seulement quelques clics, ils trouvent leur bonheur. La plupart du temps, ces médicaments sont ensuite vendus sur le marché noir ainsi que sur des plateformes online.


Un ciblage à large échelle

Ces réseaux clandestins, éparpillés dans le monde sportif, produisent des produits de toute sortes afin d’améliorer les performances sportives des usagers. Cela va des anaboliques aux stéroïdes. Les usagers de ces produits sont très éclectiques. Des sportifs de tous niveaux (professionnels ou non-professionnels) et de tous âges sont susceptibles d’avoir commandé ces substances. Les principaux accusés seraient les gymnastes et les bodybuilders qui utilisent ces produits pour renforcer leur endurance. Bien que des contrôles antidopage soient présents depuis longtemps dans les compétitions, l’opération Viribus a permis une augmentation des contrôles (1375 ont été effectués). Les résultats sembleraient indiquer que 300 athlètes russes pourraient être soupçonnés et suspendus.


Une menace pour la santé

Ces substances peuvent causer des effets secondaires à long terme. Puisqu’elles ont été confectionnées sans prendre des mesures sanitaires adéquates, c’est-à-dire avec les moyens du bord, elles pourraient augmenter les risques de cancer, favoriser des attaques cardiaques ainsi que des dysfonctionnements des reins et du foie.

Créé: 10.07.2019, 22h02

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.